Le gouvernement présente 150 mesures en faveur des personnes LGBT+

Elisabeth Moreno, mercredi 14 octobre, devant le ministère chargé de l'Egalité

ÉGALITÉ - Un Plan national d’actions pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ a été présenté ce mercredi 14 octobre par la ministre Elisabeth Moreno. Quelque 150 mesures doivent permettre de renforcer les droits des personnes lesbiennes, gays, bi, transgenres et intersexes, et d'améliorer leur vie quotidienne.

Les discriminations, les violences et la haine anti-LGBT+ demeurent une réalité en France. C'est le constat d'Elisabeth Moreno, ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances. Les forces de police et de gendarmerie ont recensé 1870 victimes d’actes homophobes ou transphobes en 2019. La même année, une enquête IFOP estimait que seulement 20% des victimes portent plainte, et qu'environ 55% des personnes LGBT+ ont subi ce type d'actes au cours de leur vie.

"Une réalité inacceptable", a dénoncé Mme Moreno ce mercredi 14 octobre. Face à ces LGBTphobies, face à cette haine, elle lance un nouveau Plan d'actions pour "faire de l’égalité pour les personnes lesbiennes, gays, bi et trans une égalité concrète et effective, et faire des personnes LGBT+ des citoyennes et des citoyens à part entière dans notre pays".

42 objectifs pour améliorer le quotidien des LGBT+

Conçu de manière interministérielle et en lien avec les associations "dans un souci de cohérence et de coordination", ce plan contient 42 objectifs et "plus de 150 mesures concrètes, nouvelles ou en partie mises en œuvre et qu’il convient d’amplifier", précise le communiqué de présentation du texte. Ces mesures concernent tous les domaines de la vie des personnes concernées : la sphère familiale, l’école, l’université, le travail, la santé, le sport. Les engagements du ministère de l'Egalité reposent sur 4 axes : "la reconnaissance des droits des personnes LGBT+ ; le renforcement de leur accès aux droits ; la lutte contre la haine anti-LGBT+ ; et l’amélioration de la vie quotidienne".

Parmi les droits à reconnaître et à renforcer, se situent en première ligne l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes, ainsi que la reconnaissance de la filiation pour la mère "sociale" des enfants nés avant l’adoption de la loi relative à la bioéthique. Le plan doit également permettre d'identifier et de faire tomber les barrières qui empêchent encore les personnes LGBT+ d'adopter. Plusieurs mesures devraient faciliter les démarches administratives des personnes LGBT+, que ce soit pour le changement et l’utilisation de la civilité et du prénom d’usage pour les personnes trans, ou pour l'adaptation des formulaires aux familles homoparentales.

La sensibilisation concerne une partie importante du plan, avec la création d'une application mobile de témoignages et d’information des droits des victimes, d'un site dédié "Eduquer contre les LGBTphobies", ou encore la création d'un observatoire de la haine anti-LGBT+ dans chaque académie. Les écoles, universités, clubs sportifs devront inclure davantage les personnes trans, avec l'aide d'un guide distribué à l'ensemble des personnels. Les professionnels de la santé, notamment dans le secteur de la gynécologie, sont eux aussi visés par ces programmes de sensibilisation à la non-discrimination des personnes LGBT+. L'interdiction des thérapies de conversion est elle aussi au programme.

Lire aussi

Un plan sur trois ans, avec évaluation tous les six mois

"Une attention particulière sera portée aux personnes les plus invisibilisées. Je pense aux personnes lesbiennes, bi, trans ou intersexes, aux personnes vivant avec le VIH ou encore aux seniors LGBT+", ajoute Elisabeth Moreno dans son discours. Les personnes homosexuelles et bisexuelles ont en moyenne un risque de suicide quatre fois plus élevé que l’ensemble de la population, et les personnes trans sept fois plus que le reste de la population.

La ministre de l'Egalité estime nécessaire "d'agir en équipe" pour mettre en oeuvre ce plan sur tout le territoire hexagonal ainsi qu’en outre-mer. Elisabeth Moreno compte "sur le concours de l’ensemble des services de l’État, mais aussi sur l'appui des collectivités territoriales, des associations ainsi que du secteur privé". Dès le mois de mars 2021 et tous les six mois, un comité de suivi, dont les associations LGBT+ feront partie, se réunira pour veiller à la bonne application des mesures. "Ce plan inscrit dès lors la reconnaissance et l’égalité effective des personnes LGBT+ au premier rang des priorités de mon ministère ainsi que de la DILCRAH", insiste-t-elle, consciente que derrière les actions, le gouvernement doit désormais être capable de donner des résultats.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Pas d'évolution des restrictions nationales cette semaine", annonce Gabriel Attal

EN DIRECT - "Nous reviendrons d'une manière ou d'une autre", promet Donald Trump pour son dernier discours

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Lire et commenter