Le pont qui s'est effondré à Mirepoix-sur-Tarn n'était pas un "ouvrage sensible"

Le pont qui s'est effondré à Mirepoix-sur-Tarn n'était pas un "ouvrage sensible"
Population

Toute L'info sur

L'effondrement du pont de Mirepoix-sur-Tarn

EFFONDREMENT - Ce lundi 18 novembre, le pont suspendu reliant Mirepoix-sur-Tarn à la commune de Bessières en Haute-Garonne s'est effondré, entraînant dans sa chute trois véhicules et tuant une adolescente

Un drame qui rappelle l'effondrement du pont de Gênes, survenu en août 2018. Ce lundi 18 novembre, le pont suspendu situé sur la D71 en Haute-Garonne et reliant les communes de Mirepoix-sur-Tarn à Bessières, s'est effondré. Dans sa chute, le pont métallique a entraîné plusieurs véhicules dont un camion et une voiture. Pour l'heure, le bilan, provisoire, fait état d'un mort, une jeune fille de 15 ans, et de "probablement plusieurs disparus", indique le préfet. 

Plus de soixante pompiers sont actuellement sur place, à la recherche des personnes disparues et pour porter secours aux victimes. Georges Méric, président du Conseil départemental a annoncé qu'une enquête aurait lieu pour faire la lumière sur l'état de ce pont suspendu. 

Voir aussi

Selon l'office du tourisme de Haute-Garonne, ce pont a été construit en 1935 suite à la crue de 1930 qui emporta l'ancien pont de bois. Long de 152 mètres de long, il est large de cinq mètres et a été rénové en 2003, par le Conseil départemental. 

Il fut une voie d'échanges privilégiée et reste de nos jours important pour la production agricole locale, indique le site Internet du Département. Cet ouvrage n'était pas répertorié comme un "ouvrage sensible" et ne nécessitait donc pas une surveillance particulière. A l'entrée du pont, un panneau indique que les poids lourds de plus de 19 tonnes sont interdits et qu'un seul poids lourd est autorisé sur le pont. 

Selon le procureur de Toulouse, Dominique Alzéari, l'ouvrage avait "fait, semble-t-il, l'objet d'un suivi correct". L'ouvrage ne présentait "aucun problème de structure" lors de sa dernière inspection "détaillée en 2017" selon le Conseil départemental. Le dernier contrôle a eu lieu en décembre 2018. 

Voir aussi

"On recense d'ores-et-déjà une victime de 15 ans (dont le corps a été repêché), sa mère (...) qui était dans le véhicule a pu être sauvée, notamment par des témoins", a indiqué le procureur de Toulouse. Il y a "probablement plusieurs disparus, potentiellement le chauffeur du camion" et, "peut-être", celui d'un éventuel troisième véhicule, a précisé le préfet Etienne Guyot. Selon les pompiers, quatre personnes ont pu être "secourues".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter