Le restaurant Paul Bocuse perd sa 3e étoile au Michelin, qu'il détenait depuis 1965

Le restaurant Paul Bocuse vient de perdre sa troisième étoile. La décision du Guide Michelin est un séisme dans le monde de la gastronomie. Y a-t-il une volonté d'épingler la cuisine française traditionnelle ?
Population

GASTRONOMIE - Le restaurant Paul Bocuse de Collonges-au-Mont-d'Or (Rhône) détenait trois étoiles au Guide Michelin depuis 1965. Mais presque deux ans jour pour jour après la disparition du chef, son restaurant mythique s'en voit retirer une. Il figurera dans la catégorie "deux étoiles" du Guide Michelin 2020.

C'est un petit séisme dans le monde de la gastronomie. Le mythique restaurant de Paul Bocuse à Collonges-au-Mont-d'Or quitte pour la première fois depuis 1965 la catégorie des trois étoiles au Guide Michelin. Le Bocuse d'Or a révélé vendredi que le célèbre guide avait décidé d'enlever une étoile à la table du plus célèbre chef au monde, disparu le 20 janvier 2018.

Lire aussi

"GL events, société organisatrice du Bocuse d'Or, tient à apporter son soutien indéfectible à la Maison Bocuse qui vient de se voir retirer, après 55 ans, sa troisième toile au guide Michelin", indique un communiqué des organisateurs de ce concours international de cuisine, lancé en 1987 par Paul Bocuse. 

Selon Le Point, qui a révélé l'information avec le site spécialisé Atabula, le directeur monde des guides gastronomiques Michelin Gwendal Poullennec s'est déplacé à Lyon ce jeudi pour annoncer la nouvelle en personne à l'équipe du restaurant Paul Bocuse.

Citée par franceinfo, Elisabeth Ancelin, la directrice de la communication du Guide Michelin, indique que "la table demeure excellente, mais d'après le résultat des expériences de table menées par les inspecteurs du Guide Michelin tout au long de l'année 2019, le restaurant n'est plus au niveau de la troisième étoile."

"Depuis Collonges et du fond du cœur, nous continuerons à faire vivre le Feu Sacré avec audace, enthousiasme, excellence et une forme certaine de liberté" a réagi dans la matinée le groupe Bocuse, via un communiqué.

Des efforts de modernisation insuffisants

Les efforts de modernisation entrepris ces dernières années à l'auberge - la présentation du homard entier se veut plus contemporaine, la quenelle plus légère accompagné d'une sauce au champagne - n'auront pas suffi, alors que certains critiques disaient déjà, bien avant le décès du chef à 91 ans, que le restaurant n'était plus à la hauteur. Des guides l'avaient même classé dans la catégorie institution, à défaut de le noter.

Fermé pour cause de travaux, le restaurant doit rouvrir après trois semaines le 24 janvier prochain, soit trois jours avant la sortie officielle du nouveau Guide Michelin. Où il figurera donc dans la catégorie deux étoiles. Le critique gastronomique Périco Légasse dénonce un coup de communication du guide, et une décision incompréhensible.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent