"Le virus commence à moins circuler" : que disent les chiffres ?

Olivier Véran : "Nous ne sommes pas à un niveau de contamination bas, il faut poursuivre nos efforts"

ZOOM - Le ministre de la Santé Olivier Véran a jugé ce dimanche que le contrôle sur l'épidémie était en train d'être repris. Quels sont les indicateurs qui peuvent en témoigner et que nous enseignent-ils ?

Sommes-nous vraiment en train de reprendre le contrôle sur l'épidémie ? C'est en tout cas le message optimiste mais prudent qu'a adressé ce dimanche le ministre de la Santé, Oliver, Véran, énumérant la bonne évolution de plusieurs indicateurs depuis dix jours consécutifs tels que le nombre de nouveaux diagnostics de cas de Covid-19 et la baisse du taux d'incidence portent. 

"Grâce au confinement, comme au mois de mars, le virus commence à moins circuler", a déclaré le ministre dans un entretien au groupe de journaux régionaux Ebra, ajoutant que "tout porte donc à croire que nous avons passé un pic épidémique." Mais dans le détail, que disent les chiffres à ce jour ? Et qu'enseigne leur comparaison avec ceux de l'accalmie du printemps ayant précédé le premier déconfinement ? 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Que dit le "R effectif" ?

Dans son dernier bulletin jeudi, Santé publique France indique que le, le "R effectif", le fameux R0, qui correspond au taux estimé de reproduction du virus, soit l'estimation du nombre moyen de personnes qu'un malade contamine se situe entre 0,93 et 1,13. Mais comme le précise Spf, c'est "un indicateur de la dynamique de transmission du virus environ 1 à 2 semaines auparavant (intégrant le délai entre la contamination et le test, et le fait que le calcul est effectué sur une période de 7 jours)". Ici, on se réfère donc à la semaine du 1er novembre. 

Au 5 novembre, le R calculé à partir du nombre de tests positifs, ou des passages aux urgences ou des hospitalisations pour Covid-19, était estimé à 1,31, marquant une baisse par rapport à celle de la semaine précédente (1.42), entre le 19 et le 25 octobre. Pour rappel, si ce chiffre est supérieur à 1, cela veut dire que la tendance est à la hausse du nombre de cas ; a contrario, quand le R est inférieur à 1, "l'épidémie régresse". 

A titre de comparaison, le 15 mars dernier, avant le début du confinement, le R0 effectif avait été estimé à 2,8. Il était tombé à 0,8 le 11 mai, premier jour du déconfinement et était descendu à 0,73, selon le bilan de Santé Publique France un mois plus tard.

Que dit le taux de positivité ?

Le taux de positivité, qui mesure le pourcentage de cas positifs par rapport au nombre de tests réalisés, est redescendu à 16,9%, contre 19,8% lundi. À titre d'illustration, il était à moins de 5% début septembre, avant de grimper jusqu'à 20% ces derniers jours au niveau national.  

Impossible ici de tenter de rapprocher les chiffres à ceux des semaines qui ont précédé le premier déconfinement car, à cette époque, les tests n'étaient pas réalisés aussi massivement qu'aujourd'hui.

Que dit le taux d'incidence ?

Le taux d'incidence informe lui sur le nombre de nouveaux cas détectés sur sept jours pour 100 000 habitants, mais là encore, n'est mesuré que ce qui testé. La semaine du 2 novembre, le taux national d’incidence était de 427,6, donc en baisse par rapport au taux consolidé de la semaine précédente qui se situait autour de 497 (pour 2,1 millions de tests). Pour se faire une idée encore plus précise, il se situait sous la barre des 100 (96,2) la semaine du 7 septembre (sur un total de près d'1,4 million de tests). 

Pour les mêmes raisons qu'évoqué plus haut et faisant référence à l'évolution de la politique de tests, il n'est pas possible de comparer cet indicateur au premier confinement.

Combien de patients Covid en réanimation ?

Le nombre de personnes hospitalisées en réanimation semble être en train de se stabiliser, alors qu'il n'avait cessé d'augmenter depuis début août. Les autorités sanitaires ont ainsi fait état dimanche de 4.880 patients en réanimation, donc dans un état grave, contre 4.855 la veille et 4.887 l'avant-veille. En 24 heures, 270 personnes sont entrées en réanimation, soit le chiffre le plus faible depuis le 26 octobre. Lors de la semaine écoulée, le nombre d'entrées en réanimation ou services de soins intensifs dépassait les 450 quasiment tous les jours. Puisque le nombre total de patients en réa est quasi stable par rapport à la veille ces trois derniers jours, cela signifie que les entrées et les sorties de patients des services de réa sont du même ordre de grandeur, lors des dernières 72 heures.

Le 28 avril, soit quinze jours avant que ne s'amorce le premier déconfinement le 11 mai, près de 4.4400 graves étaient toujours en réanimation. 

Combien de patients Covid hospitalisés ?

Le nombre de personnes hospitalisées a en revanche battu un record, à 33.050. Lors du pic épidémique du printemps, il avait atteint un maximum de 32.292 mi-avril, époque où plus de 6.500 personnes étaient en réanimation. Dimanche, Santé publique France a fait état de 17.390 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours, une tendance tout de même à la baisse depuis le 9 novembre. En un jour, l'agence de santé publique a recensé 1.574 nouvelles hospitalisations.

Le 28 avril, ce sont 27.484 personnes qui étaient hospitalisées. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EN DIRECT - Covid-19 : le variant anglais n'entraîne pas plus de formes graves, selon deux études

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Lire et commenter