Les agressions de sapeurs-pompiers en hausse de 23% en 2017

Population
DirectLCI
AGRESSIONS - Selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, 2813 sapeurs-pompiers ont déclaré avoir été victimes d'une agression en intervention en 2017. Un chiffre en hausse de 23% par rapport à 2016. Moins des deux tiers ont porté plainte.

Agressions verbales, physiques, jets de projectiles, menaces... le métier des sapeurs-pompiers est de plus en plus risqué. Il faut dire que, ces dernières années, les agressions à leur encontre se sont multipliées. Selon les derniers chiffres de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), révélés ce mercredi 19 décembre, le nombre de pompiers victimes de violence a fortement augmenté. En 2017, 2813 sapeurs-pompiers ont déclaré avoir été victimes d'une agression au cours d'une intervention. En 2016, ce nombre s'élevait à 2280. Soit une hausse de 23% sur un an.


Outre les caillassages qu'ils subissent lors de certaines sorties sur le terrain, les pompiers sont de plus en plus souvent victimes de violences quotidiennes de la part des personnes qu'ils viennent secourir. Le nombre d'interventions des sapeurs-pompiers est d'ailleurs en légère hausse entre 2016 et 2017 : + 2%, passant de 4.542.357 à 4.651.476, soit 109.119 interventions supplémentaires. Pour 10.000 interventions effectuées, six sapeurs-pompiers ont été agressés en 2017. Là encore, un taux en augmentation par rapport à l'année précédente (5 pour 10.000 interventions en 2016). Selon l'étude réalisée par l'ONDRP, parmi les 2813 sapeurs-pompiers agressés en 2017, moins des deux tiers d'entre eux (1743) ont porté plainte.

Une hausse de 213% entre 2008 et 2017

Comme l'année précédente, les régions les plus touchées en 2017 sont la Nouvelle-Aquitaine (527 déclarations), suivie de l'Île-de-France (327) et les Hauts-de-France (326) et l'Île-de-France. La Bourgogne-Franche-Comté est la région qui connait l'évolution la plus importante du nombre de pompiers agressés en intervention, passant de 89 déclarations en 2016 à 251 en 2017 (+ 182% en un an). Résultat, sans doute, obtenu en raison d'une meilleure remontée des informations.


Sur une période plus longue, comprise entre 2008 et 2017, le nombre déclaré d'agressions de sapeurs-pompiers, toutes catégories confondues, augmente très fortement (1914 agressions supplémentaires, soit + 213%). 

En vidéo

ARCHIVE - Pompiers : de nombreuses casernes manquent de volontaires

955 jours d'arrêt de travail à la suite d'agressions

En 2017, les agressions déclarées par les sapeurs-pompiers ont donné lieu à 955 journées d'arrêt de travail. Ce nombre est en 

baisse par rapport à l'année précédente où les agressions avaient donné lieu à 1613 journées d'arrêt de travail (- 41%). Avec 301 jours d'arrêts de travail sur cette période, la région Occitanie présente le nombre le plus élevé de l'Hexagone. 


À noter qu'en 2017, 382 véhicules de sapeurs-pompiers ont été détériorés lors des différentes missions contre 414 en 2016. Soit une baisse de 8%. L'Île-de-France est la région dans laquelle il y a eu le plus dégradations (124) en 2017. Le préjudice est estimé, en 2017, à 290.300 euros. Un montant en légère augmentation (+ 2%) puisqu'il s'élevait à 283.442 euros en 2016.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter