Les fêtes foraines sont-elles vraiment défavorisées par rapport aux parcs d'attraction ?

Les fêtes foraines pâtissent de l'épidémie.
Population

GROGNE - Les forains ont manifesté leur colère ces derniers jours, leur activité étant rendue plus que compliquée par la crise sanitaire. Ils s'estiment lésés en comparaison avec les parcs d'attraction. LCI fait le point.

Afin de protester contre les annulations et restrictions qui touchent leur secteur d'activité, les forains se sont mobilisés en début de semaine, via une série d'opérations escargot sur de multiples axes routiers. Une manière de réclamer des aides et de remettre en cause les règles qui encadrent aujourd'hui la tenue de leur activité. 

À travers un communiqué, la Fédération des forains de France avait déploré des "annulations en cascade sans aucune concertation avec les professionnels" et pointé du doigt "les différences de traitement" observées avec "les entreprises du loisir sédentaires (parcs d'attractions, rues commerçantes, spectacles, galeries marchandes...)". Des messages réaffirmé dans les manifestations, comme en témoignent des publications très relayées sur les réseaux sociaux. Quand les forains soulignent qu'ils ne peuvent pas exercer leur activité, ils s'étonnent que 9.000 personnes soient autorisées au Puy du Fou, ou 25.000 à Disneyland Paris. 

Des règles... et quelques dérogations

La tenue des fêtes foraines est-elle impossible, comme le suggèrent ces messages en ligne ? Pas tout à fait. "Dans les zones d'alerte renforcée, les brocantes, vides-greniers, foires ou fêtes foraines de plein air peuvent être autorisées", précise à LCI le ministère de l'Intérieur. "Toute fête foraine doit faire l’objet du dépôt d’un dossier en préfecture", et "le préfet de département interdit ou autorise l’événement à la condition qu’il respecte un protocole sanitaire strict et la jauge de 1000 personnes maximum."

Des règles qui ne satisfaisaient pas ces professionnels du loisir, à commencer par Thomas Bruce, membre fondateur de la Fédération des forains de France. Sur CNEWS, il a fait part de son incompréhension : "dans la petite couronne de Paris, les grandes surfaces ou les galeries marchandes peuvent accueillir un client tous les 4 m²", a-t-il indiqué. "Et nous en ce moment sur la fête foraine de Bordeaux [...] où on a comptabilisé entre 2 hectares et 2 hectares et demi  où les clients peuvent circuler dans des allées de 10 mètres minimum de large, on ne peut accueillir que 1.000 personnes."

Lire aussi

Ces disparités, les forains les observent également lorsqu'ils se comparent aux parcs d'attractions. Des structures qui sont pourtant elles-aussi concernées par les restrictions, comme le note le ministère de l'Intérieur. "Si le parc est doté de restaurants, la réglementation sanitaire pour ce type d’établissement recevant du public (ERP) (N : restaurants et débits de boissons) entre alors en vigueur. De même, si un spectacle est organisé dans le parc, les règles de ce genre d’ERP (L : Salles d'auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple, y compris les salles de spectacle et les cinémas) doivent être appliquées. Ainsi, la jauge fixée pour un événement comme un spectacle dans un parc d’attraction ne doit pas excéder les 5000 personnes pour un département en zone verte ou en zone d'alerte, et les 1000 personnes dans un département classé en zone d'alerte renforcée."

Reste que dans certains cas, les jauges peuvent être revues à la hausse. C'est le cas à Marne-la-Vallée, où le parc Disneyland Paris peut accueillir au maximum 25.000 visiteurs depuis sa réouverture mi-juillet. Le fruit d'une dérogation accordée par la préfecture. Un protocole sanitaire précis a été soumis par la direction du parc, avec une fréquentation maximum revue à la baisse, des mesures jugées satisfaisantes par les autorités et ayant permis au parc de reprendre son activité. Une jauge qui semble élevée, mais qui doit aussi être rapportée à la taille du parc : plus de 2.200 hectares.

En Vendée, c'est également la préfecture qui a autorisé le Puy du Fou a reprendre ses activités. Avec là-bas une jauge fixée à 18.000 visiteurs (deux fois moins qu'en temps normal). Les 9.000 personnes évoquées par les forains font en fait référence à des grands spectacles sur le site, qui se sont déroulés durant l'été avec une jauge plus élevée que celle fixée d'ordinaire. Une dérogation finalement abrogée, pour revenir à une limite de 5.000 personnes.

Les forains entendus

Les protestations des forains semblent avoir en partie porté leurs fruits. France Bleu relate en effet des avancées significatives, présentées à l'issue d'une réunion au ministère de l'Economie et des Finances avec Alain Griset, le ministre délégué aux PME. Les forains pourront notamment "bénéficier d'une aide de  1.500 euros pour compenser les pertes liées à la crise sanitaire. Des aides qui seront disponibles dans les prochains jours." 

Par ailleurs, "les jauges vont être revues à la hausse dans les fêtes foraines", avec le passage "d'une limite stricte de 1.000 personnes maximum" à une autre plus confortable de "un client pour 4 m²". Avec, comme toujours, le besoin de se référer à la préfecture pour bénéficier d'autorisations et pour fixer le cadre dans lequel exercer. "Les jauges fixées en matière d’accueil du public diffèrent en fonction des indicateurs sanitaires et des mesures prises par le préfet", rappelle le ministère de l'Intérieur, qui souligne que l'évolution de la situation peut être amenée à faire évoluer les mesures.

Dernier exemple en date : la mise en place d'un couvre-feu dans une série de grandes villes, qui va entraîner une cessation de l'activité passé 21 heures pour au moins quatre voire semaines ou plus. Un coup dur supplémentaires pour une profession qui a subi de lourdes pertes durant l'été. Diverses mesures restent néanmoins envisagées et vont être discutées au cours des semaines à venir : la création d'un statut spécifique, le rattachement à un ministre de tutelle, mais aussi le report des charges sociales sur 36 mois. Des pistes encourageants pour les forains, qui avaient décidé de lever leurs blocages estimant avoir été entendus.

Si les fêtes foraines sont aujourd'hui limitées en raison des mesures sanitaires, il faut noter que la situation évolue doucement, avec une modification des jauges pour s'adapter à la surface disponible. La comparaison avec les parcs d'attraction n'est pas forcément judicieuse puisque ces derniers sont eux-aussi confrontés à des limitations similaires. Il convient pour autant de noter que des dérogations peuvent être accordées pour favoriser l'accueil d'un plus grand nombre de visiteurs, mais celles-ci ne peuvent être décidées que par la préfecture, en fonction des situations spécifiques et des mesures de prévention appliquées sur les différents sites.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Fermeture de la mosquée de Pantin : "On est en train de tout mélanger", estiment les fidèles

EN DIRECT - Minute de silence et brassards noirs, le monde du sport rend aussi hommage à l'enseignant tué

CPF : attention, vous risquez de perdre vos heures de formation !

EN DIRECT - Covid-19 : "Le confinement n'est pas une solution", estime l'épidémiologiste Catherine Hill

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent