Les Gilets jaunes férus de théories du complot ? Pas si simple...

Population
SONDAGE - Une enquête Ifop de la fondation Jean Jaurès et Conspiracy Watch établit un lien entre l'adhésion aux théories du complot et les Gilets jaunes. Des résultats à prendre avec des pincettes, selon la chercheuse Brigitte Sebbah qui a épluché les réseaux sociaux du mouvement depuis ses débuts.

La fondation Jean Jaurès et Conspiracy Watch publient ce lundi 11 février le second volet de leur enquête sur le complotisme. Et ajoutent aujourd'hui les Gilets jaunes dans la balance. Objectif : observer un éventuel lien entre l'adhésion au mouvement social qui a début le 17 novembre dernier et les théories du complot, à partir d'un échantillon de 1760 personnes majeures en décembre 2018. 


Les chiffres ainsi publiés, que LCI a pu se procurer, sont éloquents : alors que dans l’ensemble de la population, la proportion des personnes adhérant fortement à une vision complotiste du monde s’établit à 21%, cette proportion est beaucoup plus élevée parmi les Gilets jaunes. Près de 40% adhèrent à cinq énoncés complotistes ou plus, contre seulement 11% parmi les personnes réfractaires au mouvement. Sur l'exemple précis de l'attentat du marché de Noël à Strasbourg, 65% des Français pensent que cet attentat a été perpétré par Cherif Chekatt, un sympathisant de Daech, contre seulement 48% des personnes se définissant comme Gilets jaunes. Parmi les sympathisants du mouvement, ils sont 23% à penser qu’il s’agit d’une manipulation du gouvernement pour détourner l’attention des Français et créer de l’inquiétude dans la population en plein mouvement des Gilets jaunes. 

Traces de modération

Un sondage dont les résultats sont à pondérer, selon la maîtresse de conférence à l'université Paul Sabatier de Toulouse, Brigitte Sebbah. Cette chercheuse, qui est aussi membre du laboratoire d'études et de recherches appliquées en sciences (Lerass), a recueilli dans le cadre de son étude sur les Gilets jaunes et leur usage des réseaux sociaux, plus de quatre millions de tweets au total et 60.000 posts Facebook, sur des pages locales et nationales du mouvement. 


Concernant le rapport aux fausses informations et aux théories du complot des Gilets jaunes, Brigitte Sebbah argumente : "On a retrouvé des traces de modération lors de chaque présence d'amalgame ou de thèse complotiste. Il y a vraiment une volonté d'évacuer toute ligne partisane et toute fausse information des propos qui sont écrits sur ces pages. Comme dans tout mouvement social bien sûr, on peut retrouver des propos racistes ou complotistes, mais ils restent à la marge et ne sont pas significatifs. Surtout, on a pu percevoir une infiltration dans le mouvement de comptes Twitter, par exemple, se présentant comme apolitiques et Gilets jaunes... mais ayant twitté, quelques mois en amont, beaucoup de contenus d'extrême droite et de fausses informations. Ce qu'on a vu nous, c'est que les Gilets jaunes - parmi lesquels ne figurent pas seulement des personnes pauvres ou des ouvriers - ne réduisent pas leurs problèmes à l'immigration et ne font pas leur commerce du pacte de Marrakech."

Les médias généralistes massivement partagés

Quant à la critique des médias traditionnels, elle relève, selon la chercheuse, "davantage du cadrage et des procédés" que d'une critique de base. "Les Gilets jaunes ne pensent pas, dans leur majorité, que les médias sont à la botte du gouvernement, même s'il est vrai que des médias comme Brut ou RT ne sont jamais critiqués." Elle ajoute : "Je suis actuellement en train d'étudier les échanges sur Télégram et je constate que les articles des médias comme RTL, Libé, Le Figaro, BFM ou LCI sont massivement partagés. En revanche, je n'ai pas trouvé traces de liens vers des sites complotistes."


De ce sondage Ifop pour la fondation Jean Jaurès, elle ne critique pas la méthode. Mais la chercheuse de regretter une "lecture identitaire" conférée par ses résultats. "Il faut mesurer les choses car ce mouvement est multi-polaire et trans-statut."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter