Les militants d’Extinction Rebellion dénoncent "l’inaction" du gouvernement face à l’urgence climatique

Les militants d’Extinction Rebellion dénoncent "l’inaction" du gouvernement face à l’urgence climatique
Population

MANIFESTATION - Dans le cadre de leur "rébellion d’octobre", les militants d’Extinction Rebellion ont tenté de bloquer les abords du ministère de la Transition écologique, mardi 13 octobre.

Ils auraient bien voulu s’installer plusieurs heures, voire plusieurs jours, comme ils l'avaient fait sur la place du Châtelet et le pont au Change, occupés pendant cinq jours l’année dernière. Mais les militants d’Extinction Rebellion qui se sont rassemblés devant le ministère de la Transition écologique, à Paris mardi 13 octobre, ont rapidement été délogés un par un par les forces de l’ordre.

En fin de matinée, quelques dizaines de membres du mouvement écologiste ont barré le boulevard Saint-Germain et le carrefour le plus proche en déployant rubans de travaux publics et banderoles "Ministères écocidaires" ou "maintenant ou jamais". La porte et un morceau de la façade du ministère ont été bombés à la peinture verte. Sous la pluie, certains militants se sont allongés sur le bitume, les mains accrochées dans des tubes en PVC, eux-mêmes reliés à une poubelle, pour être plus difficiles à déloger.

Objectif de cette action : dénoncer "l’inaction" du gouvernement face à l’urgence climatique. "Monsieur le président, madame la ministre, nous ne sommes pas dans le même camp. (...) Votre transition est un leurre", a lancé une des militantes au mégaphone. Extinction Rebellion accuse notamment Emmanuel Macron de ne pas vouloir reprendre les propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Lire aussi

"Remettre le monde à l'endroit"

La veille, ce sont les membres de cette Convention eux-mêmes, réunis au sein de l’association Les 150, qui dans une lettre publiée en ligne faisaient part de leur "sentiment de manquer d’un soutien clair et défini de la part de l’exécutif", alors que des mesures concrètes se font encore attendre.

"Sans un soulèvement massif à même de mettre un coup d'arrêt au 'business as usual, nous n'avons ni présent, ni avenir", a posté Extinction Rebellion sur Twitter. "Il est plus qu'urgent de remettre le monde à l'endroit".

L’action devant le ministère de l’Environnement s’inscrit dans le cadre de la "rébellion d'octobre" pour le climat, qui doit durer une semaine. Le coup d’envoi en a été donné dimanche, lorsque les membres d'Extinction Rebelion ont déployé une banderole avec l'inscription "Rebel" ("rebellez-vous" ou "rebelle") au premier étage de la tour Eiffel.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 52.000 nouveaux cas en 24 heures, nouveau record quotidien

Covid-19 : la France a-t-elle vraiment les plus mauvais chiffres en Europe ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent