Les ministres Didier Guillaume et Jacqueline Gourault assistent à une corrida à Bayonne, les défenseurs des animaux fulminent

Population
INDIGNATION - Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture, et Jacqueline Gourault, ministre de la Ville, ont assisté une corrida dans les arènes de Bayonne mercredi. Les défenseurs de la cause animale dénoncent la présence des deux membres du gouvernement au "spectacle d'un animal torturé à mort".

Leur présence n'est pas passée inaperçue. Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture, et Jacqueline Gourault, ministre de la Ville, étaient assis au premier rang mercredi 14 août à une corrida dans les arènes de Bayonne, au côté du maire de Jean-René Etchegaray. Sur le cliché (ci-dessous), pris par Pierre Sabathié, journaliste à Sud-Ouest, on peut voir les deux membres du gouvernement suivre l'événement, une corrida goyesque lors de laquelle Daniel Luque faisait face à six taureaux avant de les mettre à mort dans l'arène. France Bleu note que le torero espagnol est reparti avec quatre de leurs oreilles et une queue.

Aucune limite dans l'indécenceLa fondation Brigitte Bardot sur Twitter

Fustigeant "l'indécence" des deux ministres, les associations de défense des animaux se sont indignées de leur présence à ce spectacle mortel. En première ligne, la fondation Brigitte Bardot, scandalisée. "Aucune limite dans l'indécence, le ministre de l'Agriculture, en charge de la protection animale, Didier Guillaume assiste en ce moment même avec Jacqueline Gourault (autre ministre du gouvernement) à une séance de torture animale dans les arènes de Bayonne... Scandaleux !", écrit-elle.


"C'est absolument scandaleux de voir, en 2019, un ministre de l'Agriculture en charge de la protection animale venir se divertir devant le spectacle d'un animal torturé à mort, comment pourrait-il désormais avoir la moindre crédibilité ?", poursuit-elle auprès de nos confrères du HuffPost. "Il y a quelques semaines, au ministère de l'Agriculture, Didier Guillaume nous a annoncé qu'il prendrait des mesures jamais vues en France pour la protection animale. C'est du jamais vu et on touche le fond là... Didier Guillaume est le ministre français de l'Agriculture, pas l'élu du coin qui s'accommode des jeux barbares".

L'association de défense animalière L214 partage son écœurement sur son compte Twitter. "Le ministre français en charge du bien-être animal à la corrida de Bayonne. Sans commentaire", peut-on lire sur le réseau social. One Voice, fondée pour le "droit absolu des animaux au respect", affirme que "ce n'est pas avec de tels ministres que cette "tradition" prendra fin." Le Parti animaliste, surprise des dernières élections européennes, juge qu'il "n'est plus tenable que la protection animale soit rattachée au ministère de l'Agriculture". Selon lui, "un ministère dédié à la question animale doit être créé en urgence."


Sollicité vendredi matin par LCI, le ministre de l'Agriculture n'a pas souhaité réagir.

Le droit français prohibe tout "acte de cruauté envers les animaux domestiques apprivoisés ou tenus en captivité, que l'acte soit effectué publiquement ou non" (article 521 du code pénal). Les peines peuvent aller jusqu'à deux ans de prison. Mais si la législation ne nie pas la cruauté de la corrida et son caractère illégal, elle est autorisée sur certaines parties du territoire depuis 1951. Après sa radiation de l'inventaire du patrimoine culturel français en juillet 2016, les anti-corridas militent pour une loi visant à mettre définitivement fin à la tauromachie dans l'ensemble du pays. Comme cela est le cas depuis 2010 en Catalogne.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter