Les prix des billets de TGV ont-ils baissé ? Difficile à dire...

Population
A LA LOUPE - La ministre chargée des Transports Elisabeth Borne a assuré au micro de France Info, vendredi, que les prix des trains avaient baissé sur le long terme. Selon les associations de consommateurs, la complexité des grilles tarifaires de la SNCF ne permet pas de confirmer ces propos.

Ce vendredi, premier jour des grands départs en vacances, la ministre des transports Elisabeth Borne s'est exprimée sur France Info au sujet de l'actualité ferroviaire. Parmi les annonces phares: "la promesse de 25 millions de billets à petits prix en 2020" grâce aux offres Ouigo, mais aussi le constat, selon elle, d'une diminution des tarifs. 


"Globalement, les prix des TGV baissent depuis plusieurs années", a assuré la ministre. Une déclaration qui a fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux. Sollicitée, la SNCF nous confirme ce constat : " On communique une baisse de 6% du panier moyen sur les quatre dernières années", explique un porte-parole. Le chiffre viendrait d'une étude interne à la SNCF sur la base de données chiffrées.

En vidéo

Guichets SNCF : 1h30 d'attente pour un billet !

Les associations de consommateurs sont perplexes

Contacté par LCI, le Président de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports (FNUT), Bruno Gazeau,  nous a confié qu'il n'était pas en mesure de confirmer l'information. "C'est très difficile à calculer pour nous, puisque nous n'avons pas les outils nécessaires". Il affirme que le pourcentage avancé par la SNCF "ne correspond pas au ressenti des adhérents, le sentiment global est que les prix ont tendance à augmenter […] Les seules personnes qui pourraient témoigner d'une baisse ou d'une hausse des prix seraient les usagers qui font le même trajet depuis plusieurs années". 


Du côté de UFC-QueChoisir, le constat est similaire. Dans un dossier publié au mois d'avril, l'association présente une étude des prix des billets de la SNCF entre 2017 et 2019. L'évolution des tarifs est assimilée à "un jeu de yo-yo difficile à comprendre" et se pencher sur la question "donne le tournis ! (…) Seule la SNCF retrouve son chemin dans sa jungle tarifaire".  Sur le site du réseau ferroviaire, les prix des trajets varient selon de multiples facteurs comme la date d'achat ou la fréquentation du trajet. Difficile de s'y retrouver dans ces savants calculs, mais UFC-QueChoisir tire une conclusion de l'évolution des tarifs sur ces deux dernières années : "nos chiffres montrent que le prix moyen reste stable. Et pour cause, puisque l’on relève des hausses pour 50 % des trajets étudiés et des baisses pour les autres 50 %. Difficile d’en dire plus tant l’offre de la SNCF est peu lisible !"

Manque de lisibilité : la faute au "yield management" ?

Pour chaque train le tarif évolue selon la date d'achat. C'est le principe du "yield management" qui remplace la tarification au kilomètre. Cette pratique provient du secteur aérien et de l'hôtellerie et elle a été reprise par le réseau ferroviaire depuis plusieurs années. UFC-QueChoisir affirme également que le système prend en compte "le taux de remplissage du train" et "l'état de la concurrence (auto, avion) sur le trajet acheté". Ainsi, un même trajet peut connaître plusieurs dizaines de tarifs différents. Un billet acheté à la dernière minute sur un ligne très fréquentée pendant les périodes de vacances aura forcément un coût conséquent car la demande est élevée. Sur une même journée, le prix d'un billet peut varier de plusieurs dizaines d'euros.


Ce système pointé du doigt par les associations de consommateurs, rend les prix extrêmement variables et les grilles tarifaires difficiles voire impossibles à analyser. Il pourrait également être à l'origine du sentiment récurrent chez les usagers de ne pas payer le juste prix.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter