Les prix des masques "grand public" ne seront sans doute pas encadrés

Les prix des masques "grand public" ne seront sans doute pas encadrés
Population

PRIX - Depuis ce lundi 27 avril, les pharmacies peuvent délivrer des masques grand public. Contrairement au gel hydroalcoolique en début de crise, leurs prix ne seront sans doute pas encadrés, a indiqué Bercy.

Les masques "grand public" ne connaîtront sans doute pas le même sort que les flacons de gels hydroalcooliques. Alors qu'au début du mois de mars, le gel était prisé de tous les Français et que son prix grimpait dans certaines pharmacies à une vitesse folle, le gouvernement avait décidé de plafonner celui-ci. Dans le cas des masques "grand public", que les officines sont autorisées à vendre depuis ce lundi 27 avril, un encadrement des prix "n'est pas d'actualité", selon le gouvernement. 

"Un masque peut avoir différentes caractéristiques, qu'il s'agisse du nombre d'utilisations, de marques éventuellement. Pour ces raisons, l'approche qui consiste à dire 'il y a un prix maximum' risquerait de freiner l'innovation", a estimé la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher, lors d'une conférence de presse donnée ce lundi. 

Lire aussi

L'Ordre des Pharmaciens favorable à un encadrement

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Bercy a par ailleurs demandé son avis à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes sur la question d'un éventuel plafonnement du prix des masques, dont les recommandations sont attendues dans les 48 heures. Le ministère de l'Economie a indiqué également suivre "de très près ce sujet pour éviter tout abus". 

Mais sitôt leur autorisation de vente délivrée, certains masques "grand public" sont déjà vendus à pas moins de dix euros dans certaines pharmacies parisiennes, a pu constater France Info. Nous sommes loin du prix évoqué par le ministre de la Santé Olivier Véran vendredi 24 avril, "tantôt à deux euros, tantôt à cinq euros". L'Ordre des pharmaciens, lui, est favorable à un encadrement des prix, une mesure nécessaire "pour qu'ils soient abordables pour toute la population", selon sa présidente Carine Wolf-Thal. En effet, si ces derniers devraient être réutilisables, leur achat devra être renouvelé au bout de 10, 20, voire 30 utilisations pour une gamme en particulier. D'ici la fin du mois d'avril, plus de 26 millions de masques "grand public" devraient être disponibles chaque semaine, a indiqué Bercy. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent