Que dit Jean Jaurès dans sa "Lettre aux instituteurs", lue aux élèves en hommage à Samuel Paty ?

Que dit Jean Jaurès dans sa "Lettre aux instituteurs", lue aux élèves en hommage à Samuel Paty ?

ÉDUCATION - A leur retour sur les bancs de l'école ce lundi, tous les élèves de France rendent hommage à Samuel Paty, l'enseignant assassiné la veille des vacances de la Toussaint. La "Lettre aux instituteurs et institutrices", écrite par Jean Jaurès, devait notamment être lue.

Lundi 2 novembre, les élèves reprennent le chemin de l'école avec un lourd bagage : le souvenir d'un professeur d'histoire-géographie, assassiné la veille des vacances de la Toussaint pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves lors d'un cours sur la liberté d'expression. Après l'hommage national qui lui a été rendu le 23 octobre dernier à la Sorbonne, un nouvel hommage s'est déroulé dans les établissements scolaires français. Une minute de silence a été observée à 11h, après la lecture de la "Lettre aux instituteurs et institutrices" de Jean Jaurès. LCI vous en dit plus sur ce texte fondateur de l'école de la République, vieux de 140 ans.

Toute l'info sur

L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

Attentat islamiste contre Samuel Paty : suivez les dernières informations

Lire aussi

Une lettre d'amour au métier d'enseignant

Cette lettre a été écrite par Jean Jaurès en 1888, alors qu'il était âgé de 29 ans. A l'époque, cet admirateur de Jules Ferry et plus jeune député de France écrit des chroniques pour La Dépêche de Toulouse. C'est dans ce quotidien aux près d'un million de lecteurs que le normalien et agrégé de philosophie publie ce texte, dans lequel il dit son attachement au métier d'enseignant, qu'il a exercé deux ans avant de débuter en politique, et rend hommage à l’école et à ses professeurs, à qui il estime tout devoir.

Vous tenez en vos mains l'intelligence et l'âme des enfants, vous êtes responsables de la patrie.- Lettre aux instituteurs et institutrices, Jean Jaurès

La lettre, consultable ici, pose trois grands principes : l'engagement sans faille de l'enseignant "pénétré de ce qu'il enseigne", la mission émancipatrice de l'école publique "dans une démocratie libre", et la confiance dans le potentiel naturel de l'enfant "à la curiosité illimitée".  Les grandes thématiques futures chères à Jaurès sur la question scolaire sont déjà présentes, fait remarquer sur son site la Bibliothèque nationale de France : la lecture pour toutes et tous, clé incontournable de l’accès au savoir, la liberté pour les enseignants de constituer leur propre bagage intellectuel, ou encore la critique des méthodes d’enseignement trop formatées.

"Vous tenez en vos mains l'intelligence et l'âme des enfants, vous êtes responsables de la patrie", débute-t-il. Et de poursuivre : "Les enfants qui vous sont confiés n'auront pas seulement à écrire et à déchiffrer une lettre, à lire une enseigne au coin d'une rue, à faire une addition et une multiplication. Ils sont Français et ils doivent connaître la France, sa géographie et son histoire :  son corps et son âme."

En vidéo

Les écoles rendent hommage à Samuel Paty

Une lettre encore d'actualité ?

Figure des débuts du socialisme et fondateur du journal L'Humanité, Jean Jaurès est passé à la postérité, au côté de Jules Ferry, comme l'un des premiers "hussards de la République". Alors qu'elle a été écrite il y a 140 ans, la question de l'actualité de la "Lettre aux instituteurs et institutrices" se pose, bien que la version de la missive qui a été envoyée aux enseignants n'est pas l'originale, comme LCI a pu le constater.

Peut-elle encore toucher, concerner les élèves d'aujourd'hui ? François Mitterrand répondait déjà en 1988 à cette méfiance : "Il ne faut pas considérer Jaurès comme une sorte d'ancêtre statufié, peut-être momifié, car le combat qu'il a mené garde tout son sens. Il reste bien des libertés à conquérir, bien des droits de l'Homme à étendre, bien des solidarités à vivre et c'est un combat qui ne finira pas avec nous", commentait le président de la République lors de  l'inauguration du musée Jean Jaurès à Castres.

Peut-elle encore toucher, concerner les élèves d'aujourd'hui ? François Mitterrand répondait déjà en 1988 à cette méfiance : "Il ne faut pas considérer Jaurès comme une sorte d'ancêtre statufié, peut-être momifié, car le combat qu'il a mené garde tout son sens. Il reste bien des libertés à conquérir, bien des droits de l'Homme à étendre, bien des solidarités à vivre et c'est un combat qui ne finira pas avec nous", commentait le président de la République lors de  l'inauguration du musée Jean Jaurès à Castres.

"La lecture de la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs et aux institutrices répond à cette demande de redonner le sens du métier tel que l'a voulu l'école publique à une autre époque, quand on était souvent dans des affrontements. À l'époque, c'était avec l'Église catholique", estimait pour sa part le sociologue Jean Viard, dans un entretien à France Info le 25 octobre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : les Français réticents à utiliser le vaccin Moderna, dont on aura pourtant besoin pour la 3e dose

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

VIDÉO - Indonésie : l'éruption du volcan Semeru fait fuir des milliers d'habitants de Java paniqués

Saône-et-Loire : une adolescente meurt électrocutée avec le chargeur de son téléphone portable

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.