Ligue du LOL : une association féministe saisit le procureur de Paris

Population

Toute L'info sur

Ligue du Lol : révélations en cascade contre des cyberharceleurs

HARCÈLEMENT – Une association féministe a saisi lundi 20 mai le procureur de la République de Paris dans l’affaire de la Ligue du LOL, ce groupe constitué de journalistes et communicants parisiens - et dont plusieurs membres sont accusés de harcèlement sexiste dans les années 2000.

L’affaire de la ligue du LOL entre un peu plus dans sa phase judiciaire. Selon nos informations, le collectif féministe "Prenons la une" a saisi lundi 20 mai le procureur de la République de Paris afin que "toute la lumière soit faite sur les faits supposés de cyberharcèlement, injures à caractère sexiste, raciste ou homophobe et incitation à la haine raciale ou sexiste". Et demandé à la ministre de la Justice Nicole Belloubet, ainsi qu'à la secrétaire d'Etat aux Droits des femmes, Marlène Schiappa, d'en faire de même.

Plusieurs licenciements

Créé à la fin des années 2000, la ligue du LOL est un groupe Facebook privé qui regroupait notamment des journalistes ou travailleurs du web, surtout parisiens. Une dizaine d'années plus tard, ces mêmes journalistes, parfois très influents, parfois rédacteurs en chef de grands médias, sont accusés d'avoir harcelé pendant ces années de nombreuses personnes. L'affaire avait fait réagir jusqu'à la secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes Marlène Schiappa.


En février dernier, un article de Libération – abondé ensuite par de nombreux témoignages sur Twitter – mettait au jour ces faits de harcèlement sexiste. Dans les semaines qui ont suivi ces révélations, plusieurs journalistes ont d’ailleurs été licenciés notamment Alexandre Hervaud et Vincent Glad à Libération tout comme David Doucet, rédacteur en chef web du magazine Les Inrocks, et de son adjoint François-Luc Doyez.

Suppression de preuves ?

 "Il importe de connaître le déroulé précis des événements pour savoir s’ils sont prescrits, indique le collectif Prenons la une dans un communiqué. Nous souhaitons que la suppression de nombreux messages sur les réseaux sociaux, à la suite de la révélation de l’affaire, soit étudiée, afin de savoir si cela constitue une nouvelle infraction d’entrave à la saisine de la justice." 


En février dernier, relevant le caractère raciste de certaines de ces attaques, SOS Racisme avait également effectué un signalement auprès du procureur, suite à l'affaire de la ligue du LOL. Pour l'heure, aucune enquête n'est ouverte.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter