Limitation de vitesse : pourquoi certains départements veulent rester à 80 km/h

Limitation de vitesse : pourquoi certains départements veulent rester à 80 km/h
Population

COUP DE FREIN - Instaurée à l'été 2018 avec pour objectif de sauver entre 300 et 400 vies par an, la limitation à 80 km/h a depuis été abandonnée par de nombreux départements, pour revenir aux 90 km/h. D'autres ont pourtant décidé de maintenir ce dispositif.

Depuis fin décembre et la promulgation de la loi dite de "mobilité", les départements peuvent choisir de retourner ou non aux 90km/h au lieu de 80km/h. Au total, 32 départements restent aujourd'hui à 80 km/h, 26 sont retournés à 90 km/h et 34 hésitent à revenir en arrière ou repoussent l'échéance pour prendre une décision. Selon le Premier ministre Édouard Philippe, "300 à 400 vies par an" devaient être sauvées grâce à ce dispositif, deux ans étant nécessaires pour prouver son efficacité.

Si deux ans plus tard le gouvernement n'avance pas encore de chiffres, la Sécurité routière a annoncé que 209 vies ont été épargnées entre juillet 2018 et juin 2019. Parmi les 32 départements ayant décidé de rester à 80 km/h, le Gard, pour qui il est trop compliqué de revenir à la limitation de 90 km/h, avec les multiples règles à respecter imposées par le gouvernement. Ce changement de limitation de vitesse est également trop coûteux, un seul panneau pouvant valoir jusqu’à une centaine d’euros.

Lire aussi

C’est une mesure de progrès humain. (...) Sur une année, le nombre de tués est passé de 44 à 23.- Philippe Grosvalet, président du conseil départemental de Loire-Atlantique.

Toute l'info sur

Le 20h

Autre département qui a décidé de ne pas supprimer la limitation de vitesse à 80 km/h, la Loire Atlantique, qui soutient la mesure depuis le départ et a pu en observer les bénéfices. "C’est une mesure de progrès, de progrès humain, 3 000 kilomètres de routes départementales en Loire-Atlantique sont concernés. Sur une année, le nombre de tués est passé de 44 à 23" se félicite Philippe Grosvalet, président du conseil départemental PS de Loire-Atlantique.

Pour autant, ces bons chiffres peuvent également s'expliquer par un contexte particulier, la crise des Gilets jaunes, la grève des transports et le confinement s'étant enchaînés ces derniers mois.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent