Livraison de neige par hélicoptère : Elisabeth Borne reçoit les responsables de stations

Livraison de neige par hélicoptère : Elisabeth Borne reçoit les responsables de stations
Population

ENVIRONNEMENT - La ministre de l'Ecologie reçoit ce jeudi des représentants de stations de ski après la décision de la Haute-Garonne de déverser de la neige par hélicoptère et évoquer l'avenir qui s'assombrit pour certaines stations à cause du changement climatique.

Les images avaient choqué les défenseurs de l’environnement. Pour pallier au déficit d'enneigement dans les Pyrénées, le conseil départemental de Haute-Garonne avait décidé, le weekend dernier, la livraison par hélicoptère de neige à la station de Luchon-Superbagnères. Une initiative peu écologique qu'avait pointé du doigt par Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique. Elle réunit aujourd'hui à Paris les principaux responsables du ski de tourisme en France, l'occasion pour discuter de l'avenir incertain du secteur menacé par le réchauffement climatique. 

Lire aussi

Une pratique condamnée par la ministre

Elisabeth Borne a annoncé qu'elle s'entretiendra aujourd'hui avec "les représentants des professionnels et élus concernés par l’avenir des stations de ski pour travailler sur des solutions d’adaptation des stations de montagne au changement climatique". 

La ministre de la Transition écologique et solidaire avait vivement condamné le déversement par hélicoptère de 50 tonnes de neige à la station de Luchon-Superbagnères, dans les Pyrénées. L'opération, qui s'est déroulée le weekend du 15 et 16 février, avait duré deux heures et demie. Fin décembre, ce même procédé peu écologique avait été utilisé à la station de Montclar dans les Alpes où 80 rotations d'hélicoptère furent nécessaires pour apporter 200 mètres cube de poudreuses manquantes plus bas. 

Enneiger des stations de ski par hélicoptère n’est pas une voie possible- Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire

"On ne peut pas à la fois avoir des stations qui sont victimes du dérèglement climatique, elles n'ont plus de neige et, en même temps, qu'elles contribuent à aggraver le dérèglement climatique", avait affirmé la ministre mercredi sur l'antenne de RMC. Les stations de ski doivent trouver "un autre modèle, c'est aussi une transition qu'il faut réussir."

Voir aussi

En Haute-Garonne, la décision avait été prise par le conseil départemental lui-même dans l'objectif de "soutenir (...) la station, la ville de Luchon et les acteurs du tourisme, déjà fortement impactés par les conditions climatiques exceptionnelles." De son côté, Laurent Reynaud, directeur général de domaines skiables de France interrogé par RTL, affirmait il s'agissait d'"une pratique tout à fait exceptionnelle" et rappelait "que les stations de ski font "vivre des territoires". 

En 2019, l'Insee notait une baisse du nombre de touristes dans les domaines skiables. Le nombre de nuitées dans les stations de ski avait diminué de 5,4 % par rapport à l'année précédente. Une baisse expliquée en grande partie par le déficit de neige du début de saison.   

Lire aussi

Selon deux études publiées en 2019 impliquant Météo France, qui portent sur les stations dans les Alpes et les Pyrénées, après 2050 "l'impact du réchauffement sur l'enneigement dans les stations est fort dès 1,5°C de réchauffement planétaire". Et, "au-delà de 3°C, la neige de culture ne suffit plus à compenser la réduction d'enneigement naturel". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent