Malgré les annonces de Philippe, "l'acte 4" des Gilets jaunes se prépare

Population
GILETS JAUNES - Sur Facebook, où s'organise principalement la mobilisation des Gilets jaunes, les annonces du Premier ministre passent mal. Le moratoire de six mois sur la taxe carbone est jugé insuffisant. Plus de 25 pages appellent à un quatrième samedi consécutif de mobilisation sur les Champs-Elysées et dans plusieurs grandes villes..

Les déclarations d'Edouard Philippe n'y ont rien changé. Immédiatement après l'allocution du Premier ministre, ce mardi 4 décembre à la mi-journée, les appels à la mobilisation des Gilets jaunes ont encore gagné en vigueur. Malgré l'annonce d'un moratoire de six mois sur la taxe carbone, les manifestants demeurent plus motivés que jamais à ouvrir un "acte 4", à Paris ou dans certaines grandes villes de France. 


C'est sur Facebook - où tout a commencé pour les Gilets jaunes - que les réactions aux annonces du gouvernement se font les plus rapides - et les plus vives. "C'est du blabla", du "pipeau", ce n'est "pas suffisant"... Alors que ce mouvement de contestation sociale a pour particularité d'être très hétéroclite, ses partisans s'expriment ici d'une seule voix : un moratoire de six mois n'a rien de convaincant, la lutte se poursuit. 

Moutons et insultes homophobes

Parmi les réactions qui reviennent le plus régulièrement sur les différentes pages qui se réclament du mouvement des Gilets jaunes, on retrouve l'idée selon laquelle "le gouvernement prépare les européennes", "souhaite endormir le peuple" et "nous prend pour des moutons". Que ces propositions, enfin, sont du "foutage de gueule". Gros succès également, en commentaires, des métaphores injurieuses, de "pot de vaseline" et d'autres insultes homophobes de type "enculé".

Après le samedi 8... les "Gilets jaunes de Noël"

Toujours sur Facebook, une nouvelle journée de contestation s'organise donc. Ce mardi en début d'après-midi, pas moins de 25 pages appellent sur le réseau social à un quatrième samedi consécutif de mobilisation, en dépit de l'appel lancé en fin d'après-midi par Christophe Castaner aux "Gilets jaunes raisonnables" pour les pousser à ne pas manifester. 

La plupart des groupes appellent à un rassemblement parisien, à la Bastille, à Bercy, sur les Champs-Elysées ou encore devant les locaux de France Télévision. Une autre page prépare des blocages dans la ville de Lille. Enfin, les "Gilets Jaunes antiracistes", qui souhaitent "pousser à la révolte populaire et légitime mais aussi à faire barrage à tout acte raciste, sexiste ou homophobe", réunit sur Facebook un peu plus de 2500 personnes intéressées. Sur la page "Acte 4 - On maintient le cap!", 18.000 personnes se disent intéressées et 4800 sont d'ores et déjà inscrites pour participer. 


Et l'anticipation est d'ailleurs de mise. Une page Facebook intitulée "Acte 5 - Gilets jaunes de Noël" prévoit d'ores et déjà un rassemblement pour le 15 décembre à la Bastille. Un millier de personnes se montrent intéressées par l'événement. Pour l'heure, la préfecture de  Paris, contactée par LCI, n'est pas en mesure de dire si des déclarations de rassemblements ont été déposées. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter