Manifestations : 45% des Français estiment que les policiers ont fait un usage excessif de la force, selon un sondage

Le port du RIO est loin d'être systématique chez les forces de l’ordre.
Population

FORCES DE L'ORDRE - Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, les Français sont divisés sur l'action des forces de l'ordre depuis le début du conflit social.

Un sujet pour le moins clivant. Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro paru le jeudi 23 janvier, 45% des personnes interrogées jugent excessif l'usage de la force des policiers contre 42% il y a un an. 

Un chiffre en augmentation s'expliquant par la multiplication des violences policières survenue depuis plusieurs mois, qu'il s'agisse du mouvement des gilets jaunes ou du conflit social que connaît le pays quant à la réforme des retraites soutenue par le gouvernement. Toujours selon le sondage, 43% des personnes interrogées estiment a contrario que l'usage de la force était proportionné tandis que 11% considèrent qu'il était insuffisant. 

Lire aussi

Des chiffres bien différents selon les considérations politiques des sondés

Les sympathisants de partis de gauche (France insoumise, Europe-Ecologie-Les-verts et le Parti socialiste) condamnent très majoritairement - à 62% - l'usage de la force ces dernières semaines au cours des manifestations contre la réforme des retraites. Du côté des sympathisants de la droite (Les Républicains et le Rassemblement national) ainsi que de la République en Marche, 68% d'entre eux considèrent qu'elle n'est pas excessive. Des chiffres diamétralement opposés et qui souligne un clivage gauche-droite "spectaculaire à ce sujet" selon le président d'Odoxa Gaël Sliman. 

Autre donnée importante du sondage : 60% des personnes interrogées estiment que les actions ciblées (coupures de courant ponctuelles, blocages de raffinerie, intrusion dans les locaux de la CFDT etc.) menées par des opposants à la réforme des retraites sont illégitimes car "violentes et antidémocratiques".  A l'inverse, 4 sondés sur 10 cautionnent ces actions en estimant qu'il s'agit là du "seul moyen de se faire entendre." Là encore le clivage est important avec une majorité de sympathisants de gauche et du Rassemblement national à légitimer ces actions ciblées en opposition aux électeurs de La République en Marche et des Républicains qui condamnent ces actions. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent