Marche contre les féminicides à Paris : "On dit que les femmes ne parlent pas, mais elles ont peur !"

Population
DROITS DES FEMMES - Ce samedi 6 juillet, un rassemblement est prévu place de la République à Paris (17 heures) autour des familles de victimes de féminicides. Elles souhaitent susciter la réaction des pouvoirs publics et demandent la mise en place d'actions concrètes, alors que 72 femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex depuis le 1er janvier.

Soixante-douze femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex depuis le début de l'année 2019, selon la page Facebook "Féminicides par compagnons ou ex". Des chiffres inadmissibles pour les associations féministes et les familles de victimes, qui appellent ce samedi 6 juillet à un rassemblement place de la République à Paris. "Ce rassemblement est important pour les familles, qui méritent d’être entendues. Nous voulons des réponses concrètes et imminentes concernant ce qui se passe aujourd’hui" a déclaré à LCI Noël Agossa, membre du Collectif des proches et familles de victimes de féminicides, et oncle d'Aïssatou Sow, tuée par son ex-petit ami en octobre 2016 à Valenton (Val-de-Marne).


"Nous arriverons bientôt à un génocide. A ce rythme-là, à la fin de l’année, 140 femmes auront été tuées" continue celui qui est à l'origine du collectif "Plus jamais ça", chargé de lutter contre les violences faites aux femmes. Au côté des familles, marcheront également des organisations féministes comme la Fondation des femmes et le collectif #NousToutes. Une quinzaine de mesures devraient être dévoilées pour lutter contre les féminicides, outre la tenue d'un Grenelle contre les violences faites aux femmes et la systématisation des bracelets électroniques pour les hommes dès lors qu'ils sont visés par une plainte pour violence.

Cinq mesures concrètes

"Cinq mesures immédiates" ont déjà été révélées ce jeudi dans le Monde. Un collectif féministe réclame sans plus attendre des "actes" de la part du gouvernement et demande au président de la République de réunir l'exécutif "pour que chaque ministre puisse mobiliser les services de l'Etat contre les féminicides". Parmi les priorités pour les signataires : faire en sorte que Christophe Castaner réunisse les préfets et donne "la consigne ferme aux commissariats et gendarmeries qu’aucune femme victime de violence au sein du couple ne reste sans réponse sous peine de sanction pour les agents qui refusent leurs plaintes". Le collectif demande à la garde des Sceaux Nicole Belloubet de "réunir les procureurs, les juges aux affaires familiales et se fixer des objectifs d’attribution d’ordonnances de protection dans chaque département". Enfin, ils réclament au ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Julien Denormandie le pouvoir d'ouvrir "200 places d’hébergement pérennes dans des centres d’hébergement et de réinsertion sociale gérés par des associations spécialisées d’ici à la fin de l’année et programmer 2 200 places supplémentaires d’ici à la fin du quinquennat".

En vidéo

70 féminicides : "C'est inacceptable", déplore Nicole Belloubet

Le collectif aimerait également que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, réunisse "les responsables d’agences régionales de santé" et mette "en place un plan de détection systématique des violences à l’hôpital afin que les femmes victimes de violences au sein du couple soient prises en charge". Quant à Marlène Schiappa, elle est appelée à "doubler les subventions aux associations qui accueillent les femmes victimes de violence pour leur permettre d’embaucher d’ici à la fin de 2019 et de répondre à la demande des victimes".


"Nous souhaitons briser le silence des pouvoirs publics" avoue Noël Agossa. "En Espagne (où grâce au bracelet électronique les féminicides sont passés de 76 en 2008 à 47 en 2018, ndlr) lorsqu’une femme est tuée, les médias en font leurs gros titres. Ça doit être pareil chez nous" explique-t-il. "Il faut aussi libérer la parole des femmes. On dit qu'elles ne parlent pas. Mais elles ont peur !"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter