Marche des fiertés en banlieue : plus d'un millier de personnes à Saint-Denis

Population
FIERTÉ - Le temps d'un après-midi de mobilisation, Saint-Denis est devenue, dimanche 9 juin, le théâtre de la lutte contre les discriminations à l'encontre des personnes LGBTQI+.

C'était une grande première. Une marche des fiertés en banlieue. Un défilé festif et coloré qui a réuni plus d'un millier de personnes, dimanche, dans le centre-ville de Saint-Denis. "De Paris à Saint-Denis, LGBT, fiers, unis, indivisibles". Un slogan, repris en chœur par les participants et participantes. 


"Par le fait même qu'on vit en banlieue, on est ramenés au fait qu'on est pauvres, qu'on est racisés, qu'on est immigrés", en plus du fait d'être homosexuels, affirme à l'AFP Yanis Khames, 20 ans et organisateur de la marche. Avec son association "Saint-Denis ville au cœur", il veut montrer que la banlieue est aussi un lieu de militantisme pour les personnes trans et homosexuelles et pas une "zone de non droit", comme certains veulent le faire croire. La journée était placée sous le signe de "l'intersectionnalité", soit la convergence des luttes contre "le cumul des discriminations".

Dans les rues de Saint-Denis, trans, gay, bi, lesbiennes et alliés ont défilé au sein d'un cortège haut en couleurs, devant des habitants interloqués et amusés. Certains filment avec leurs téléphones portables. "C'est la première fois qu'on voit ça à Saint-Denis", s'exclame un homme. "Du latex pour ton gros sexe, des molécules pour qu'on s'encule", entonnent des militants d'Act Up, arrachant un sourire aux commerçants et badauds de la rue de la République, une artère commerçante de la ville.

"Une ville militante"

"J'habite ici, je suis né ici, c'est une ville militante en général, des marches on en fait sur la Palestine, sur les réfugiés et aujourd'hui la communauté LGBT elle vit ici, elle ressent le besoin de s'exprimer alors j'accompagne", sourit Shems El Khalfaoui, qui a appris l'existence de la marche le matin même au marché. "C'est en faisant ce genre de choses que les gens vont identifier que c'est une communauté qui existe et que tout le monde a sa place ici", ajoute ce père de famille, musulman pratiquant.

"En règle générale, les gens ont peur des banlieues", constate Youcef Belghmaidi, habitant d'Aubervilliers. "En attendant, aujourd'hui je n'ai vu aucune violence, personne n'est venu nous emmerder", alors qu'en Vendée un stand LGBT a été attaqué par un groupe de jeunes hommes mi-mai, déplore le militant, visage maquillé et couvert de paillettes.


"Je suis convaincu que ce n'est pas plus compliqué d'être LGBT à Saint-Denis qu'à Paris", affirme Madjid Messaoudene, élu de Saint-Denis et venu soutenir la manifestation."Des gay prides il doit y en avoir partout parce que les personnes concernées par ces discriminations, elles sont partout, ajoute-t-il. C'est autant des familles blanches qu'arabes qui rejettent leurs enfants quand ils font leur coming-out".

Des manifestants en ont aussi profité pour alerter sur le sort des personnes trans, notamment étrangères. Plusieurs manifestantes portaient notamment une banderole "Justice pour Vansesa Campos", du nom de cette prostituée trans péruvienne assassinée au bois de Boulogne en août dernier.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter