Indemnisation record pour les victimes du Mediator : "C'est très inhabituel en France"

Indemnisation record pour les victimes du Mediator : "C'est très inhabituel en France"
Population

DÉDOMMAGEMENT - Le scandale sanitaire du Mediator a déjà coûté près de 116 millions d'euros aux laboratoires Servier, fabricant du médicament antidiabétique, utilisé comme coupe-faim avant d'être retiré du marché en 2009. Cette somme constitue un record en France en matière d'indemnisation médicale.

Une indemnisation record dans l'affaire du Mediator. Selon Le Parisien, les laboratoires Servier ont versé 115,9 millions d'euros à 3600 personnes pour des pathologies cardiaques liées à la défectuosité du médicament, prescrit pendant plus de trente ans en France et retiré du marché en 2009. Cette somme constitue un record en France en matière d'indemnisation médicale. 

"Le chiffre est important et même supérieur", indique ce mercredi sur LCI Me Charles Joseph-Oudin, avocat de plusieurs victimes du Mediator. Au final, l'addition pourrait avoisiner les 141 millions d'euros. Les patients concernés auraient ainsi touché entre quelques milliers d'euros et un million. "C'est très inhabituel dans le paysage juridique français. C'est un chiffre d'espoir pour les victimes", ajoute l'avocat. "On y arrive pour le Mediator, il faut qu'on y arrive dans les autres dossiers."

Un procès au pénal en septembre

Depuis 2011, Servier indemnise les victimes avant même la tenue du procès au pénal pour "tromperie", "escroquerie" et "homicides et blessures involontaires" le 23 septembre prochain. Il doit durer six mois et 4000 personnes devraient se constituer parties civiles. "Le procès arrive, mais il y a une totale déconnexion entre cette actualité et l'indemnisation des victimes", défend dans les colonnes du Parisien Laurent Boussu, responsable de la cellule d'indemnisation du géant français de la pharmacie. Une stratégie globale dénoncée par Irène Frachon, qui a révélé l'affaire en 2007. Interrogée par le quotidien, elle affirme que "Servier agit par pur calcul". Les victimes déjà indemnisées s'engagent en effet à ne pas témoigner au pénal. 

"Bien évidemment, il y a un lien", confirme Me Joseph-Oudin, qui défend plusieurs victimes. "Les laboratoires Servier ont un intérêt stratégique à indemniser les victimes. Mais, au-delà de ça, ils sont entrés dans une véritable politique d'indemnisation. Les sommes accordées sont extrêmement importantes et satisfaisantes. Les victimes sont soulagées que Servier puisse assumer sa responsabilité", explique-t-il. "Il reste environ 1000 dossiers à indemniser, et notamment des gros dossiers." 

En vidéo

Indemnisation des victimes du Mediator : "C'est très inhabituel dans le paysage juridique français"

Lire aussi

Renvoyés en correctionnelle, les laboratoires Servier, dont le chiffre d'affaires est de 4,2 milliards d'euros en 2018-2019, pourraient encore être contraints de verser des centaines de millions d'euros aux caisses d'assurance-maladie, en réparation du préjudice subi. Ils auraient omis de signaler les risques d'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP), une pathologie rare incurable, et de valvulopathies (de graves lésions des valves cardiaques) imputables au médicament.

Utilisé comme coupe-faim, le Mediator est soupçonné d'avoir fait plusieurs centaines de morts. Selon les différentes études, il pourrait être responsable à long terme de 500 à 2100 morts et de graves problèmes de santé chez des milliers de personnes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent