Menaces envers des policiers : enquête après des tags au domicile d'un agent de la BAC

Menaces envers des policiers : enquête après des tags au domicile d'un agent de la BAC
Population

MENACES - La porte du domicile d’un policier a été taguée dans la nuit de vendredi à samedi à Pontault-Combault, en Seine-et-Marne. Un acte d'intimidation qui survient quelques jours seulement après des lettres de menaces envoyées directement au domicile de plusieurs CRS.

"Flic suicidé à moitié pardonné". Voici l'inscription qu'un policier de la Brigade anti-criminalité (BAC) a découvert ce samedi matin sur sa porte d'entrée, en rentrant à son domicile après son service de nuit. Une menace qui s'ajoute à celles, nombreuses, reçues par plusieurs policiers ces dernières semaines.

Selon nos informations le policier visé ce samedi est employé de la préfecture de police de Paris. Il est domicilié à Pontault-Combault (77). Une enquête est ouverte pour retrouver le ou les auteurs de ces inscriptions. Parmi ces dernières : l'acronyme ACAB pour "All Cops Are Bastards", signifiant "Tous les flics sont des salauds".

Lire aussi

"Des faits d'une extrême gravité"

Le policier de Pontault-Combault n'est pas un cas isolé : les syndicats Alternative Police (CFDT) et Unité SGP Police FO ont révélé jeudi que plusieurs d'entre eux ont reçu des courriers menaçant leurs familles de représailles. Interrogée par l'AFP, la police nationale a fait état de "trois envois", tous adressés à des CRS, en ajoutant qu'il y avait eu "dépôt de plainte" et ouverture d'une "enquête". Le syndicat Unité SGP Police FO évoque de son côté "quelques dizaines" de courriers adressés au domicile de CRS en déplacement. "Ce qui se passe dans notre pays est très grave. Nous avons passé un palier supplémentaire d'une République en passe de faillir, parce que ces seuls remparts sont attaqués et menacés dans leurs chairs".

Lire aussi

"Les faits rapportés par @UNITESGPPOLICE sont d'une extrême gravité", a réagi sur Twitter Christophe Castaner. "Tout doit être fait pour identifier les auteurs de cette infamie. Je n'accepterai jamais que l'on menace ceux qui nous protègent, jusque dans leurs foyers ! Ces actes doivent être condamnés par tous", ajoute-t-il.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent