Vers un été plus chaud et plus sec que la normale

Vers un été plus chaud et plus sec que la normale
Population

METEO - Une partie de l'Hexagone devrait être touché en juin, juillet et août par un épisode de chaleur et de sécheresse plus intense que ce que prévoit les normales de saison, a indiqué jeudi Météo France dans ses prévisions saisonnières conformes aux tendances liées au réchauffement de la planète.

L'été sera chaud... très chaud. Les températures devraient être "globalement supérieures aux normales" sur tout le sud de l'Europe, dont la partie sud et est de la France, notamment en raison d'une présence plus forte de l'anticyclone des Açores. "En revanche sur la façade Atlantique et sur le nord de l'Europe, les conditions semblent réunies pour que l'influence océanique limite la montée des températures", estime Météo-France. 

La carte des prévisions montre ainsi pour la France des températures probablement "normales" sur le quart nord-ouest (Bretagne, côte de la Manche). 

Mais il ne s'agit pas de cartes de prévisions de températures, insiste Météo-France. "Ce n'est pas une carte météo où on voit s'afficher des températures. Ça ressemble, avec des couleurs qui font penser au chaud et au froid, mais il faut garder à l'esprit que ça reste une carte de probabilités d'événements", a expliqué à l'AFP le climatologue Christian Veil. Autrement dit, souligne encore Météo France sur son site, "ce sont des statistiques à l'échelle d'une saison entière et pas pour un jour précis. Cette tendance est le scénario privilégié dégagé par les modèles et analysé par les experts pour le trimestre juin-juillet-août 2020."

Un risque de vague de chaleur

Malgré tout, les modèles utilisés relèvent pour cet été un risque de vague de chaleur "a priori un peu plus fort que le risque moyen", même s'il est impossible d'aller plus loin en terme de localisation ou de timing, a précisé Christian Veil.  Côté précipitation, l'organisme prévoit des "conditions globalement plus sèches que la normale" sur le sud de l'Europe, y compris la moitié sud de la France.

Le ministère de la Transition écologique a d'ailleurs prévenu il y a quelques jours que 53 départements étaient exposés à des degrés divers à un risque de sécheresse cet été, principalement dans la moitié est et le centre.

Y a-t-il un risque de canicule ? "Oui", peut-on lire aussi dans la note de Météo France, qui précise qu'"il y a un risque de canicule, comme tous les étés".

Lire aussi

Un printemps déjà bien chaud

Cet été probablement chaud et sec fera suite à un printemps qui sera probablement le deuxième le plus chaud enregistré en France et à l'hiver le plus doux depuis le début des mesures. "Il n'y a pas de cause à effet entre printemps chaud et été chaud", a noté Christian Veil. En revanche, la présence de conditions de sécheresse (qui réduit le phénomène d'évaporation de l'eau du sol limitant la montée des températures) "augmente le risque de canicule", a-t-il ajouté.

2019 a été la troisième année la plus chaude en France métropolitaine - après 2018 et 2014 -, marquée par deux épisodes exceptionnels de canicule et un record absolu de 46°C.  Au niveau mondial, 2019 a été la deuxième année la plus chaude, concluant une décennie record.

La hausse de la température, accompagnée d'une multiplication des événements météorologiques extrêmes liés au réchauffement de la planète, est en ligne avec les prévisions des climatologues. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent