Morbihan : Jacob, le rhinocéros du zoo de Pont-Scorff, "mort de faim et de fatigue"

Morbihan : Jacob, le rhinocéros du zoo de Pont-Scorff, "mort de faim et de fatigue"
Population

ANIMAUX - L'association Rewild, à l’origine de la récente reprise du zoo de Pont-Scorff (Morbihan), a dévoilé vendredi les résultats de l’autopsie pratiquée le rhinocéros noir mort le 31 décembre. L'animal aurait succombé aux conditions de sa détention.

Sa captivité l’a tué. Jacob, un rhinocéros de 38 ans qui est mort le 31 décembre dernier, a succombé aux conditions dans lesquelles il était détenu depuis des années à Pont-Scorff. C’est ce que l’association Rewild, regroupant plusieurs ONG, a fait savoir vendredi après avoir mis la main sur les résultats d’une autopsie, pratiquée sur l’animal après sa mort. 

Réalisé le 2 janvier par une clinique vétérinaire, l’examen révèle "la présence de lésions buccales sévères qui empêchaient Jacob de s’alimenter correctement". Autre problème pointé du doigt par les vétérinaires, "une cachexie avancée [affaiblissement profond de l’organisme, perte de poids, fatigue, atrophie musculaire], liée à une dénutrition très importante, avec absence totale de réserve graisseuse", rapporte Rewild sur sa page Facebook.

Lire aussi

"Un vieillard avant l'âge"

Selon l'association, qui a acquis le zoo en fin d’année grâce à une importante collecte de fonds, il s'agit d'un drame. Car "Jacob est donc littéralement mort de faim et de fatigue, considéré comme un vieillard avant l'âge." Dans la nature, ces animaux vivent en moyenne jusqu'à 50 ans, rappelle l'association. Et d'ajouter : "Il aura vécu toute sa vie dans un climat inadapté à ses besoins, avec une nourriture inadaptée à ses besoins et dans un état de faiblesse et de souffrance directement induit par ses conditions de rhinocéros captif."

En vidéo

Zoo : comment attirer toujours plus de visiteurs ?

Rewild avait fait parler d'elle en décembre dernier, en parvenant à rassembler suffisamment d'argent pour racheter le zoo. Ce dernier abrite entre autres des lions, éléphants, girafes, pandas roux ou encore des loups. L'objectif de Rewild ? Examiner la situation de chaque animal avec "pour priorité un retour à la nature si possible". Les promoteurs du projet veulent aussi transformer l'établissement en "centre de réhabilitation" pour animaux saisis lors du démantèlement de trafics.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent