Mort d’un légionnaire de la force française Barkhane blessé au Mali en avril

Mort d’un légionnaire de la force française Barkhane blessé au Mali en avril

MORT - Un légionnaire de la force française Barkhane blessé le 23 avril au Mali lors d'une opération contre des jihadistes est décédé des suites de ses blessures vendredi à l'hôpital militaire de Clamart près de Paris, a annoncé samedi la présidence de la République française.

Il avait été blessé le 23 avril au Mali par l’explosion d'un engin explosif improvisé lors d'une "opération contre les groupes armés terroristes". Le brigadier Dmytro Martynyouk est décédé des suites de ses blessures vendredi à l'hôpital militaire de Clamart, a annoncé samedi la présidence de la République française dans un communiqué, en saluant "le courage des militaires français engagés au Sahel".

Dans un communiqué distinct, l'état-major des armées a précisé que le 23 avril, "un camion-citerne de la force Barkhane", que la France a engagée au Sahel, avait été atteint par un engin explosif improvisé, blessant "le conducteur et le chef de bord du véhicule".

Les deux militaires avaient été évacués vers la France le 24 avril pour y être soignés. Le brigadier Dmytro Martynyouk, du premier régiment de cavalerie, est décédé le 1er mai à l'hôpital militaire de Percy à Clamart (Hauts-de-Seine), tandis que "l'état de son camarade est stable, et son pronostic vital n'est pas engagé", selon l'état-major.

Ce décès porte à 42 le nombre de militaires des forces françaises tués au Sahel depuis le début de l'intervention française en 2013, avec l'opération Serval, selon un comptage effectué à partir de chiffres publiés par l'état-major. Ces dernières semaines, l'armée française a multiplié les offensives dans cette région du Sahel, y revendiquant la "neutralisation" de plusieurs dizaines de jihadistes au total depuis le début de l'année.

Lire aussi

Un renfort récent de 600 militaires

Les effectifs de Barkhane sont récemment passés de 4.500 à 5.100 militaires. Paris espère que ce renfort permettra d'inverser le rapport de forces sur le terrain, où les groupes jihadistes ont multiplié les attaques ces derniers mois. Emmanuel Macron a "salué la détermination (des militaires français) à poursuivre leur mission qui permet de porter des coups sévères à l'ennemi, aux côtés de leurs frères d'armes sahéliens.

La ministre des Armées Florence Parly s'est inclinée "devant l'engagement (du brigadier Martynyouk,) qui incarne la force de la Légion étrangère". "La France est reconnaissante envers ceux qui l'ont choisie, envers ceux qui donnent leur vie pour elle", a-t-elle souligné dans un communiqué.

Les violences jihadistes - souvent entremêlées à des conflits intercommunautaires -, ont fait 4.000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso en 2019, cinq fois plus qu'en 2016, selon l'ONU, malgré la présence de forces africaines, onusiennes et internationales.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Biden exprime son soutien au cessez-le-feu auprès de Netanyahu

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

EN DIRECT - Covid-19 : 22.749 personnes hospitalisées, dont 4189 en réanimation, la baisse se poursuit

La Mexicaine Andrea Meza sacrée Miss Univers, Amandine Petit aux portes du top 10

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.