Ne pas aller chercher les enfants à l'école ? Le conseil de Castex provoque la colère des "papys-mamies"

Ne pas aller chercher les enfants à l'école ? Le conseil de Castex provoque la colère des "papys-mamies"

GÉNÉRATIONS - Le Premier ministre Jean Castex a suggéré jeudi que les grands-parents évitent d'aller chercher les enfants à l'école, "quitte à renforcer le périscolaire". Une mesure qui a du mal à passer auprès des concernés et qui pourrait être difficile à mettre en place pour l'Association des Maires de France.

"C'est honteux. On est masqué, je ne vois pas pour quelles raisons, on ne pourrait aller les chercher à l'école ?" En Haute-Vienne, sur le marché de Saint-Yrieix-la-Perche, les propos du Premier ministre ne passent pas. Lors d'une conférence de presse commune avec Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer jeudi 27 août, Jean Castex a déclaré : "Évitons que papy et mamie aillent chercher leurs petits-enfants à l’école, quitte à augmenter le périscolaire jusqu’à ce que les parents puissent venir eux-mêmes les récupérer"

"Faut-il les laisser à l'école ? Qui ira les chercher le soir ?  Je trouve ça inadmissible", s'emporte un grand-père. Un peu plus loin, une grand-mère abonde en ce sens : "On va y aller et les voir quand même et on verra. Et puis si y'a quelque chose, on arrêtera", dit-elle.

Toute l'info sur

Le 13h

On a passé déjà tout le confinement sans se voir, ça été très long. - Une grand-mère, sur le marché de Saint-Yrieix-la-Perche

Cette mesure de précaution paraît impensable à cette mamie main dans la main avec son petit-fils : "On a passé déjà tout le confinement sans se voir, ça été très long. On ne va pas vivre comme ça indéfiniment". "J'ai des amis qui, s'ils n'ont pas l'aide des grands-parents, cela signifie devoir les mettre à la garderie le matin et le soir. Ainsi qu'à la cantine à midi et le centre aéré le mercredi. Ce qui signifie que les enfants sont toute la journée à l'école", constate une maman. 

Lire aussi

Le renforcement du péri-scolaire ? Une idée "très compliquée à assurer"

Pour Agnès Le Brun, porte-parole de l'Association des maires de France (AMF), en charge de l'éducation, cette "idée lancée par le Premier ministre sans en avoir parlé avec les communes serait très compliquée à mettre en place dans de nombreuses villes. Car renforcer le périscolaire suppose des moyens financiers, des recrutements de personnel formé et enfin des locaux adaptés", souligne-t-elle auprès de l'AFP.

"Les collectivités en font déjà beaucoup et la crise sanitaire leur a coûté très cher, elles ne peuvent donc pas dépenser de l'argent qu'elles n'ont pas", a insisté Agnès Le Brun, soulignant cependant que la "volonté des communes ne manque pas et qu'elles feraient ce qu'elles peuvent" en cas de demande de renforcement du périscolaire. Selon elle, "s'il y a une réelle demande de l'Etat de modifier le fonctionnement du périscolaire, il va falloir se mettre autour de la table".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Traque dans les Cévennes : un homme armé toujours en fuite après un double meurtre

EN DIRECT - Israël/Palestine : le Hamas affirme avoir lancé 130 roquettes vers Tel Aviv

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.