Non, un bar ne facture pas les glaçons à ses clients (mais il aurait le droit de le faire)

Cette facture a été modifiée par ordinateur et n'est donc pas authentique.

À LA LOUPE – La photo manipulée d'une facture de bar montre la facturation à la clientèle des glaçons servis avec des boissons. Les internautes s'enflamment, mais il s'agit en réalité d'une image détournée. Pour autant, une telle pratique n'aurait rien d'illégal.

"Les bras m'en tombent." C'est avec ces mots qu'un internaute a réagi à la photo d'une facture surprenante, partagée à ses abonnés sur les réseaux sociaux. Que montre-t-elle ? De l'eau gazeuse facturée 15 euros les 12cl, mais aussi et surtout des glaçons, facturés 80 centimes d'euros l'unité. De quoi susciter l'indignation : "Je sais bien que les bars ont des frais de fonctionnement et doivent se faire de la marge, mais là, c'est du vol", réagit quelqu'un en commentaire.

Si l'indignation est compréhensible, cette facture est en réalité fausse, manipulée par ordinateur afin de modifier la dénomination des produits et les prix. Un détournement qui remonte à l'automne dernier et qui a réussi à en piéger plus d'un.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Avant les glaçons, le scandale des rondelles de citrons

Le montant facturé au client, assez exorbitant, peut faire douter de la véracité d'une telle facture. Sans compter le fait que soient aussi ajoutés à la note les glaçons. Des doutes légitimes puisque des recherches permettent de remonter jusqu'à la facture originelle, qui avait fait l'objet à l'automne dernier de réactions très vives. L'image partagée aujourd'hui est donc un détournement, une partie du texte ayant fait l'objet de modifications grâce à un logiciel informatique.

Sur la facture non retouchée, ce n'était pas des glaçons mais bien des rondelles de citron qui avaient suscité la polémique. Un bistrot parisien avait en effet facturé de l'eau gazeuse à 5,50 euros, en ajoutant un supplément de 50 centimes par rondelle de citron. Un "vol manifeste", estimait l'utilisatrice de Twitter qui avait pris le cliché (et réglé la note).

Lire aussi

Pour confirmer qu'il s'agit bien d'une manipulation d'image, il est possible de superposer les deux photos. Une manière de constater que les deux concordent parfaitement, à l'exception de petites modifications apportées par ordinateur. Jugez vous-même, les clichés superposés se trouvant dans le cadre blanc ci-dessous.

La source de ce détournement ? Très probablement un site parodique, qui s'était amusé à rebondir sur l'affaire des rondelles de citron en cherchant à grossir le trait. D'où, à l'époque, l'idée d'une facturation des glaçons. Cet article, à prendre bien évidemment au second degré, est toujours en ligne aujourd'hui. 

Facturer des glaçons serait légal

Il est peu probable qu'un restaurateur ou un gérant de bar tente un jour de facturer à ses clients des glaçons. Pour autant, il en aurait, en théorie, tout à fait le droit. En France, un principe de libre fixation des prix s'applique et le ministère de l'Economie rappelle simplement qu'un commerçant est tenu de "toujours informer les consommateurs du prix fixé avant la conclusion de la vente, sans qu’ils soient obligés de le demander".

Si l'on voulait pousser ce raisonnement jusqu'à l'absurde, il serait donc même possible de facturer au client l'utilisation d'un verre ou de couverts, à condition de l'en informer au moment de son arrivée ou sur la carte. Au restaurant, il faut noter que seule l'eau en carafe doit être proposée gratuitement, et ce depuis 1967.

Ces dernières semaines, LCI s'était penché sur une facturation similaire, celle d'une "aide au coronavirus" dans une cantine d'entreprise. Mise en place de façon transparente et en informant les clients, elle était justifiée par les gérants par le besoin de compenser les frais engendrés par les mesures sanitaires indispensables déployées en cette période d'épidémie. Une démarche là encore tout à légale, bien que surprenante au premier abord. 

En conclusion, on observe donc que les glaçons facturés sur la note d'un restaurant ont été ajoutés par ordinateur. La facturette originelle, postée en septembre 2019, avait néanmoins déjà fait jaser puisqu'elle mettait en avant le fait qu'un restaurant faisait payer les rondelles de citron avec de l'eau gazeuse. Si ces pratiques, avérées ou non, peuvent surprendre, elles n'en demeurent pas moins parfaitement légales. La législation requiert en effet simplement qu'un consommateur soit mis au courant au préalable de ce qui lui sera ou non facturé. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Une troisième vague fatale" en mars : l'inquiétude du président des urgentistes

EN DIRECT - Dès son entrée à la Maison-Blanche, Biden prendra 17 mesures présidentielles pour effacer le bilan de Trump

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Lire et commenter