"Notre-Dame de Paris est aujourd'hui sauvée à 50%", selon Monseigneur Chauvet

"Notre-Dame de Paris est aujourd'hui sauvée à 50%", selon Monseigneur Chauvet
Population

Toute L'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

INCERTITUDES - Interrogé en marge de la messe de minuit par AP mardi 24 décembre, le recteur de la cathédrale Monseigneur Patrick Chauvet a indiqué que le bâtiment était "toujours très fragile".

Elle n'a pu accueillir les fidèles pour la première fois depuis la Révolution française. Notre-Dame de Paris a laissé ses portes closes au public, mardi 24 décembre, pour la traditionnelle messe de Noël qui a élu domicile dans l'église de Saint-Germain l'Auxerrois, située près du Louvre. L'office a été célébré par Monseigneur Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale, "avec un petit pincement au cœur". 

"Mais à la fois, c'est la fête de Noël. C'est la fête de l'espérance", a-t-il souligné auprès de l'agence AP en marge des célébrations. Il a toutefois répondu sans détour sur l'avenir encore très incertain du monument. "Aujourd'hui, elle n'est pas hors de danger. Elle sera hors de danger quand on aura enlevé l'échafaudage. Il y a toujours un risque, c'est-à-dire qu'elle est aujourd'hui sauvée à 50%. Mais il y a 50% qui fait que si l'échaudage tombe sur les voûtes, ce sont trois voûtes qui vont tomber. Le bâtiment est encore très fragile", a-t-il affirmé.

L'échafaudage avait été installé avant l'incendie pour les travaux de rénovation du toit. Une grue de 75 mètres de haut a pris place près du bâtiment le 16 décembre pour permettre de descendre un à un les 10.000 tubes de métal que l'incendie du 15 avril a soudés. Selon l'AFP, un deuxième échafaudage léger et plus en hauteur est aussi en train d'être positionné de part et d'autre de l'ancien. C'est de là que des cordistes, surnommés les "écureuils", descendront pour scier et démonter les pièces. L'opération de démontage, qui doit durer plusieurs mois, devrait commencer en février. Mais l'avancée des travaux nécessite un climat sec et pas trop froid.

Je crois qu'il peut être tenable, ça ne veut pas dire que tout sera terminé, loin de là- Monseigneur Patrick Chauvet sur le délai de 5 ans donné par Emmanuel Macron pour finir les travaux

"Nous devons enlever complètement l'échafaudage pour assurer la sécurité du bâtiment, donc nous débuterons probablement la restauration de la cathédrale en 2021", estime Monseigneur Patrick Chauvet auprès d'AP. Il avance que trois années supplémentaires seront nécessaires pour que les visiteurs puissent à nouveau pénétrer dans Notre-Dame mais que la restauration durera plus longtemps. Emmanuel Macron avait donné un délai de 5 ans pour remettre en état la cathédrale. "Je crois qu'il peut être tenable, ça ne veut pas dire que tout sera terminé, loin de là", avait insisté le recteur sur RFI et France 24 quelques heures avant son entretien à AP.

Lire aussi

Le parvis de Notre-Dame devrait être progressivement rouvert à partir de fin janvier. L'intérieur de la cathédrale a été vidé à l'aide de robots. Mais il reste beaucoup de gravats sur les voûtes. Les stalles du chœur ont été protégées par un toit temporaire, et vont être démontées, pour être nettoyées, avant d'être remontées plus tard. Il va falloir aussi déposer le grand orgue intact, et nettoyer les tuyaux un à un, pour enlever la poussière de plomb. Des tests sont menés pour déplomber les 26 chapelles de la cathédrale. Dans le beffroi nord, qui avait été léché par les flammes, les huit cloches devront être descendues avant d'être remontées plus tard. Ce n'est pas le cas des deux bourdons dans le beffroi sud qui n'a pas été touché par l'incendie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent