"Notre nouvelle vie" : vous le rêvez comment ce "monde d'après" ?

"Notre nouvelle vie" : vous le rêvez comment ce "monde d'après" ?
Population

CONSULTATION - TF1 et LCI ont lancé fin avril, en partenariat avec Sciences Po et Bluenove, une grande consultation citoyenne pour témoigner, débattre, partager nos inquiétudes et inventer le monde de demain. Après "la vie à distance", et "la question de nos libertés", voici le troisième et dernier volet de notre enquête portant sur le monde d'après. Comment le rêvons-nous ce fameux monde post-Covid ?

Un monde plus respectueux de la nature, plus solidaire, plus participatif. Ce sont les trois principales préoccupations des plus de 50 000 contributions étudiées dans le cadre de l'enquête "Ma nouvelle vie" lancée fin avril par les rédactions du groupe TF1 en partenariat avec Science Po et Bluenove.  Une grande consultation citoyenne dont le propos est de sonder vos réflexions, aspirations, souhaits de changement.  

Le monde d'après doit être plus vert, plus respectueux de l'environnement. Cette préoccupation arrive devant toutes les autres. Et pour cela, les Français prônent les circuits courts, la relocalisation pour éviter les transports polluants, ils se disent même prêts à moins consommer et souhaitent réduire la place de la voiture dans nos vies. 

L'Etat, dont les personnes interrogées souhaitent que le rôle soit redéfini, doit être le grand garant de la protection de l'environnement. Sur ça, les avis convergent. En revanche, sur le "plus d'Etat" ou un "Etat recentré sur ses fonctions régaliennes", là, pas de consensus. Plus d'un quart des contributions souhaite en tout cas que les pouvoirs publics fassent bouger les lignes pour aller vers plus de démocratie participative, plus de décentralisation et surtout un Etat qui "dit la vérité". La nécessité d'une Europe plus forte fait également partie des propositions pour le monde d'après.

Ce nouveau monde doit être "plus solidaire", "plus humain". Et pour cela, l'éducation mais aussi la revalorisation des salaires doivent être au programme. Ce monde plus solidaire ne doit plus "chercher le profit à tout prix". Sur le plan économique, deux propositions se dégagent assez nettement : la nécessité de relocaliser la production et celle de renforcer notre indépendance économique. La pénurie de masques, de tests ou de médicaments est encore dans tous les esprits. 

Lire aussi

Vie privée : tout doit changer ?

Mais si le monde d'après ne doit pas complètement ressembler à celui d'avant, c'est dans la sphère privée que les envies de changement se font radicales. Pour plus d'une personne sur cinq, nos vies privées doivent changer. Le confinement nous a donné envie de passer plus de temps en famille, plus de temps avec nos amis et nos proches, de déménager à la campagne, de cuisiner maison et de faire du sport. 

Quant au travail, s'il peut être moins accaparant, c'est tant mieux et s'il y a une chose à garder du confinement, c'est le télétravail. Celui-ci est une véritable découverte, davantage compatible avec toutes les aspirations de vie privée déjà mentionnées. 

Toute l'info sur

Les défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

Du passé faire table rase ? Pas complètement. Pas question par exemple de se passer, comme c'est encore le cas, des lieux de vie que sont les cinémas, les théâtres, les cafés, restaurants. Les personnes consultées tiennent également à refaire leurs valises pour découvrir le monde, à deux pas de chez nous ou plus loin. Pas question non plus de renoncer à notre liberté d'aller et venir, même au-delà de 100 km. Enfin, du monde ancien, on souhaite conserver notre système social et notre système de santé qui nous ont notamment permis de traverser cette crise. Et d'imaginer le monde d'après. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent