Obsèques de George Floyd : nouveaux appels à rassemblements à Paris et dans plusieurs villes ce mardi

Obsèques de George Floyd : nouveaux appels à rassemblements à Paris et dans plusieurs villes ce mardi
Population

RACISME - A l'appel de SOS Racisme, une trentaine d'associations, partis politiques et collectifs comptent se mobiliser ce mardi au moment où auront lieu les obsèques de George Floyd, tué à Minneapolis le 25 mai dernier par un policier.

Les images de la cérémonie d'hommage à George Floyd étaient poignantes. Il en sera sans aucun doute de même pour ses obsèques. Prévues ce mardi 9 juin à Houston, où ce quarantenaire est né, elles devraient connaître un retentissement mondial. Ce sera en tout cas le cas en France, et notamment à Paris, où un rassemblement est prévu à l'appel de SOS Racisme. Organisé à 18h, l'heure de ses funérailles, il doit permettre de rendre hommage à cet Afro-américain, tué le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc, et de "combattre le racisme dans la police".

"Combattre le racisme dans la police"

Lors de ce "rassemblement solennel", SOS Racisme appelle, dans la capitale, à observer 8 minutes et 46 secondes de silence, soit "le temps que le genou de son meurtrier a pesé sur son cou", pour reprendre les mots du président de l'association engagée dans la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et les discriminations. Au-delà de symboliser ce drame américain, cet événement doit aussi permettre de rappeler la "détermination à combattre", dans l'Hexagone, "le racisme dans la police et dans tout autre secteur", souligne l'association, qui demande cependant à chacun de porter un masque et de "respecter les règles sanitaires en vigueur".

Une initiative qui, malgré l'interdiction de tout rassemblement de plus de dix personnes sur la voie publique en raison de l'urgence sanitaire, rencontre un franc succès. Au lendemain des annonces du ministre de l'Intérieur sur la question du racisme et de la mise en cause des forces de l'ordre, plusieurs syndicats ont d'ores et déjà fait savoir qu'ils seraient présents pour battre le pavé. Ce sera le cas de la CGT, du FSU, de l'UNSA, mais aussi des organisations étudiantes et lycéennes telles que la Fage, l'UNL ou encore de l'UNEF, dont la présidente, Mélanie Luce, a dénoncé le "racisme quotidien et institutionnel" de la France. "Nous dénonçons le fait qu'un homme noir ou arabe ait vingt fois plus de chance de se faire contrôler. Nous dénonçons l'exercice, de manière systématique, de comportements racistes par les forces de l'ordre (mais pas seulement) qui n'est pas uniquement le fait d'individus", a ainsi écrit la présidente du syndicat étudiant sur Twitter.

Lire aussi

Plusieurs partis politiques se sont également associés à cet appel. C'est le cas d'Europe Écologie-Les Verts dont la porte-parole Eva Sas a appelé à 8 minutes 46 de silence, "le temps de son agonie" et à "mettre fin au déni face aux violences policières". Le PCF, le PS et plusieurs militants de gauche ont eux aussi répondu présent, tout comme La France Insoumise, dont le chef de fil a appelé Emmanuel Macron à "prendre la parole" pour dénoncer le racisme présumé dans la police plutôt que "pour vendre des voitures", en référence aux annonces du chef de l'Etat pour le secteur automobile. Selon Jean-Luc Mélenchon, il y aurait en effet "un problème de formation" dans la police et c'est "d'abord la hiérarchie qui doit être mise en cause, en premier lieu le ministre" de l'Intérieur, Christophe Castaner. 

D'autres rassemblements à Lille, Grenoble, Amiens ou Dijon

Plusieurs associations et ONG comptent elle aussi participer au rassemblement, comme la Ligue des droits de l'homme, la MRAP, et le Cran. De son côté, la Licra demande à chacun, "là où il se trouve", à cesser toute activité durant les fameuses 8 minutes et 46 secondes. "Rien ne serait pire que l'indifférence et l'injustice", écrit ainsi son président Mario Stasi dans un communiqué. 

Toute l'info sur

Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

D'autres rassemblements sont annoncés à Lille, Grenoble, Dijon, Amiens, Bourges ou encore Poitiers. A Angers, la préfecture a pris un arrêté d'interdiction. Sollicitée par LCI, la préfecture de police de Paris n'a pas encore fait savoir si tel serait également le cas dans la capitale. Quoi qu'il en soit, la mobilisation devrait tout de même avoir lieu. Samedi à Paris, 5500 personnes, selon les chiffres de l'Intérieur, ont bravé les interdictions préfectorales liées au coronavirus pour se rassembler place de la Concorde, près de l'ambassade américaine, et sur le Champs de Mars afin de réclamer "justice pour tous".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent