Déconfinement jour 1 : le métro à l'heure du masque et du (fragile) respect de la distanciation physique

En Île-de-France, la reprise se fait lentement, mais sûrement. Ce lundi, le respect des règles sanitaires s'est fait dans le calme dans le métro parisien malgré un couac en début de journée.
Population

REPORTAGE - Mise à distance. Masques pour tous. Silence et regards inquiets. Le métro a bien changé en ce premier jour de déconfinement. Notre reporter nous décrit son trajet d'un nouveau genre sur les lignes 11, 1 et 9.

7h46, métro Pyrénées sur la ligne 11. Aux premières heures du déconfinement, quasiment personne. Les couloirs de cette station située au-dessus du quartier de Belleville, pourtant très animée de bon matin en temps normal, sont vides. Mais il n'y a pas que ça. Quelque chose a changé. Désormais de l'entrée de la station jusqu'à l'arrivée dans la rame, des autocollants invitent les voyageurs à respecter au maximum les gestes barrières. Positionnement dans les escalators, placement devant les guichets ou encore circulation sur les quais, les consignes sont partout. Les voyageurs s'y conforment et prennent leur position comme les acteurs d'un décor de cinéma. Chacun son trait.

Lire aussi

Des gestes barrières devenus le quotidien de tous

Une fois dans la rame, les regards s'interrogent. Chacun se scrute, s'observe. Pendant notre trajet jusqu'à l'arrêt Hôtel de Ville puis à Franklin Roosevelt pour se terminer à la Porte de Saint-Cloud dans l'ouest parisien, les Franciliens, habituellement le nez rivé sur leur smartphone ou sur un livre, décryptent la nouvelle signalétique et s’installent en fonction, c’est-à-dire debout au niveau d’un des marquages ou assis un siège sur deux.

Même chose quand ils arpentent les couloirs. Finis les voyageurs pressés. Les courses effrénées pour monter dans la rame. Chacun se tient à bonne distance et jette régulièrement un coup d’œil pour voir s'il n'est pas trop proche des autres.

La RATP espéraient ne pas dépasser 15% des voyageurs habituels. Sur ce trajet, habituellement très fréquenté, et malgré l'heure de pointe, cet objectif semble atteint contrairement à d'autres rames bondées en tout début de matinée sur la ligne 13 ou certains RER. 

En vidéo

VIDÉO LCI PLAY - Déconfinement : à 6h30 sur la ligne 13, difficile de garder ses distances

Tous masqués

Autre signe particulier du métro en ce premier matin de déconfinement : le silence. Les conversations sont rares. Comme si les voyageurs avaient tenu compte de ce conseil du professeur Yves Buisson : pour éviter tout risque, il est préférable d'éviter de parler dans le métro. 

Les éclats de voix et les éclat de rires n'ont plus leur place. Peu de groupes. Pas d'enfants et peu de personnes âgées. Sur les visages, le masque est de rigueur. Pendant environ 50 minutes dans les entrailles de Paris, la très grande majorité des usagers sont équipés de l'accessoire désormais indispensable qu'il soit en tissu, à usage unique ou chirurgical. Pour la plupart, il est bien installé, du nez jusqu'au menton.

Pas de vagues d'affluence

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"Plus de 97% de nos trains de ce matin avaient une affluence faible ou très faible", a affirmé un agent de la RATP à l'AFP. 

Ayant anticipé une affluence en forte hausse et des métros plus rares, nous avions prévu de partir 45 minutes plus tôt qu'à l'habitude. Visiblement, cela n'aura finalement pas été très utile.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent