Paris : désormais, circuler sur les trottoirs en trottinette vous coûtera 135 euros

Population
SANCTION - Le Conseil de Paris a (enfin) adopté, mercredi 3 avril, plusieurs mesures afin de réguler les trottinettes électriques en libre-service. Il a donc voté l'instauration d'une redevance et une amende de 135 euros pour circulation sur les trottoirs.

Les trottinettes circulant sur les trottoirs parisiens et déposées n'importe où et n'importe comment, c'est terminé ! A priori, depuis le mercredi 3 avril, vous n'aurez plus à pester contre les incivilités de certains utilisateurs. Le Conseil de Paris vient en effet de voter plusieurs mesures destinées à renforcer la régulation des trottinettes électriques en libre-service et leur utilisation.


Les neuf opérateurs qui proposent actuellement la location de trottinettes électriques dans la capitale devront, d'ici fin mai, signer une "charte de bonnes pratiques", annonce également la mairie de Paris qui entend ainsi limiter l'expansion du nombre de trottinettes en circulation dans la capitale, actuellement estimé à 15.000, et qui pourrait croître à 40.000 d'ici la fin de l'année.

Bientôt 2500 places de stationnement

Réguler et sécuriser en tapant au porte-monnaie des utilisateurs peu précautionneux, c'est donc le choix de la mairie de Paris. Si vous circulez sur les trottoirs, il vous en coûtera 135 euros et si vous laissez votre trottinette sur ces mêmes trottoirs, il vous en coûtera 35 euros, indique la Ville de Paris, qui s'engage à créer 2500 places de stationnement dédiées.


La circulation sur les trottoirs "est source d'insécurité pour les piétons, notamment les personnes âgées et les enfants. Leur stationnement, souvent anarchique, perturbe les déplacements des parents avec poussette et des personnes en situation de handicap", explique l'Hôtel de Ville. Quant à la redevance annuelle, qui s'appliquera sur tous les opérateurs présents à Paris, elle s'élèvera de 50 à 65 euros par trottinette, une somme croissante en fonction du nombre de véhicules déployés par l'entreprise.


La mairie de Paris déplore également dans son communiqué le retard pris par la loi sur les mobilités qui doit notamment définir un cadre pour les trottinettes en libre-service. Voté mardi au Sénat, le texte doit être débattu à l'Assemblée nationale en juin, dans l'objectif d'une adoption définitive en juillet.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter