Le restaurant Paul Bocuse perd sa 3e étoile, "la cuisine française est en deuil"

Le restaurant Paul Bocuse vient de perdre sa troisième étoile. La décision du Guide Michelin est un séisme dans le monde de la gastronomie. Y a-t-il une volonté d'épingler la cuisine française traditionnelle ?
Population

REACTIONS - La famille Bocuse et l'équipe à la tête du célèbre restaurant de Collonges-au-Mont-d'Or se sont dit bouleversées, ce vendredi, par la perte de la troisième étoile que leur accordait sans discontinuer le Guide Michelin depuis 55 ans.

C'est une icône que l'on déboulonne. "Bien que bouleversés par le jugement des inspecteurs, il y a une chose que nous souhaitons ne jamais perdre, c’est l’âme de Monsieur Paul." Dans un communiqué publié ce vendredi en réaction à la perte de la troisième étoile que leur accordait sans discontinuer le Guide Michelin depuis plus d'un demi-siècle (55 ans), la famille Bocuse et l'équipe à la tête du célèbre restaurant de Collonges-au-Mont-d'Or ont exprimé leur émotion. Et leur volonté de ne pas en rester là.

Lire aussi

Alors que le restaurant est fermé pour travaux, les signataires soulignent en effet avoir présenté un nouveau concept, "La Tradition en Mouvement", dès le mois d’octobre 2019, pour répondre aux possibles critiques des inspecteurs du Michelin. "Jugée exceptionnelle par bon nombre de nos clients, d’experts gastronomiques ou journalistes, cette expérience prendra toute sa dimension dès notre réouverture le vendredi 24 janvier", assurent-ils dans ce même texte.

Trois étoiles au Michelin, le chef Georges Blanc, saluant son compagnon de route pendant 50 ans, a rappelé l'importance d'une "cuisine qui régale d'abord mais qui doit aussi cultiver cette touche émotionnelle pour une expérience mémorable"

Présent sur le plateau d'Audrey and co sur LCI, l'éditorialiste Franz-Olivier Giesbert dénonce une forme de bassesse. "On voit que c'est de la com', c'est un petit coup de pub pour le Guide Michelin", tacle-t-il.

Sur LCI, Périco Légasse, journaliste et critique gastronomique, ironise ainsi : "Cette décision n'a aucune importance. Paul Bocuse est une institution qui dépasse d'assez loin le Guide Michelin. Ce n'est pas une étoile qui va y changer quoi que ce soit. En revanche, la cuisine française est en deuil aujourd'hui : nous avons perdu le Guide Michelin. Ça, c'est une grosse perte pour la cuisine française."

Ce que Danphil résume de ce commentaire lapidaire sur Twitter : "Même en lui enlevant toutes ses étoiles, Paul Bocuse restera la star." Même deux ans après sa mort. 

Plus loin de nous, à l'étranger, les réactions varient. En Angleterre, par exemple, la Food And Wine Gazette explique que cette décision ne constitue "pas une surprise", la rumeur de la perte de cette étoile circulant depuis au moins un an dans le milieu de la gastronomie.

Côté américain, la correspondante de Bloomberg s'amuse du fait que la nouvelle fasse la Une de tous nos médias, faisant oublier les grèves ou le réchauffement climatique : "C'est ça, la France. (...) Paul Bocuse était le Dieu de tous les chefs."

Le critique gastronomique américain Andrew Stevenson, spécialiste du Michelin à travers les âges, s'en amuse, lui aussi, mais peut-être seulement à moitié, lui qui s'est fendu de ce commentaire : "Sincèrement, la fin des temps est arrivé."

Enfin, à échelle très locale, c'est-à-dire lyonnaise, le maire, Gérard Collomb, y est aussi allé de sa réaction, disant son "immense déception", sa certitude que "ses équipes, à sa suite, perpétuaient les qualités d’exigence, de créativité et les valeurs de générosité qui étaient les siennes", et concluant : "Monsieur Paul, vous garderez toujours trois étoiles dans nos cœurs."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent