Le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin en invoquant la "présomption d'innocence"

Population
DirectLCI
EGLISE - Le pape François a refusé la démission du cardinal Barbarin, a affirmé le primat des Gaules dans un communiqué, mardi 19 mars, où il annonce néanmoins sa mise en retrait.

La décision était en suspens depuis leur rencontre, lundi 18 mars, à l'occasion de laquelle le cardinal Barbarin avait remis sa démission auprès du pape François. Une démission que le primat des Gaules, condamné pour dénonciation de crimes pédo-criminels, s'est vu refuser, le souverain pontife évoquant... la "présomption d'innocence", a expliqué ce mardi monseigneur Barbarin dans un communiqué. 


Ce dernier, qui a fait appel de la décision, a toutefois "décidé de [se] mettre en retrait pour quelques temps et de laisser la conduite du diocèse au vicaire général modérateur, le père Yves Baumgarten". Cette décision arrive après que le prélat a été condamné, le 7 mars 2019, à six mois de prison avec sursis pour non dénonciation d'abus sexuels. Il lui était reproché d'avoir tu les agressions pédophiles imputées par des scouts au père Bernard Preynat dans les années 1980-1990 et dont il avait pourtant été informé par une victime en 2014. 

Le patron des évêques de France "étonné"

C'est dans l'attente de la décision en appel que le pape François, réputé proche du cardinal Barbarin, qu'il a toujours défendu. Il lui a toutefois "laissé le cardinal Barbarin libre de prendre la décisions la plus appropriée", au regard de la situation. Cette enchaînement de décisions contradictoires, entre l'annonce du pape et celle du cardinal Barbarin, a "étonné" le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier.


"Je suis étonné, je ne m'attendais pas à ce scénario qui est intermédiaire entre les deux scénarios prévisibles." Si Mgr Pontier a observé que la mise en retrait de Barbarin, qui garde toutefois sa fonction, permettra de "respecter le cheminement de la justice" tout en se préoccupant du "bien du diocèse de Lyon", Mgr Pontier a assuré qu'il ne voulait pas se "situer face au positionnement du pape. [...] Accepter (la démission) ne lui a pas paru opportun, vu que que le procès civil n'est pas terminé. Il n'a pas voulu lui-même paraître condamner le cardinal alors que la justice n'a pas encore tranché".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter