Périphérique bloqué, foin sur les Champs-Elysées, 1000 tracteurs dans les rues... Les agriculteurs à Paris pour crier leur colère

Périphérique bloqué, foin sur les Champs-Elysées, 1000 tracteurs dans les rues... Les agriculteurs à Paris pour crier leur colère
Population

COLÈRE - Des centaines d'agriculteurs organisent une action coup de poing en Ile-de-France ce mercredi depuis l'aube pour dénoncer leurs conditions de rémunération et l'"agribashing" dont ils se disent victime. Une délégation doit être reçue au ministère de l'Agriculture à 17h.

Ils veulent prendre Paris d'assaut. Des centaines d'agriculteurs ont convergé vers la capitale ce mercredi matin occasionnant des ralentissements sur les principaux axes autoroutiers menant à la capitale. A la mi-journée, un convoi avait investi l'avenue des Champs-Elysées tandis qu'un cortège se rassemblait sur le boulevard périphérique et devait ensuite stationner sur l'avenue Foch. 

Voir aussi

Parmi les objectifs des manifestants venus des régions Hauts-de-France, Normandie, Ile-de-France, Grand-Est, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne-Franche-Comté : faire monter la pression sur des négociations commerciales avec la grande distribution et dénoncer, notamment "l'agribashing".

De la paille a été  répandue  sur la chaussée en certains points de l'avenue des Champs-Elysées.

Les manifestants souhaiteraient rencontrer le président de la République dans la journée pour évoquer leur situation et leur mal-être et menacent de bloquer les Champs-Élysées et le périphérique. Contactée par LCI, la présidence indique que "ce n'est pas prévu". Reste qu'une délégation doit être reçue au ministère de l'Agriculture à 17h. Une réunion à laquelle participe le ministre Didier Guillaume, ainsi qu'Anne de Bayser, secrétaire générale adjointe de l'Elysée. 

Que réclament les agriculteurs ?

Cette nouvelle manifestation, c'est "pour l'efficacité des Etats généraux de l'alimentation, et pour l'arrêt des distorsions franco-françaises", a expliqué à nos confrères de l'AFP Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.La Loi dite Egalim, issue des Etats généraux de l'alimentation et mise en place en début d'année, était censée ramener du revenu dans les cours des fermes en rééquilibrant les relations commerciales, mais jusqu'ici les agriculteurs disent ne pas vraiment voir de différence.

Les manifestants veulent donc mettre la pression sur la grande distribution et ses fournisseurs alors que viennent de commencer les négociations commerciales annuelles qui fixent les prix pour un an.

Lire aussi

Ils souhaitent également également protester contre l'"agribashing" dont ils sont régulièrement les victimes et le mal-être d'une profession en grande difficulté.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent