Pic de pollution : victimes de problèmes de santé, une mère et sa fille attaquent l'Etat

Population

ENVIRONNEMENT - Ce mardi s'ouvre un procès inédit au tribunal administratif de Montreuil, en Seine-Saint-Denis. Victimes de problèmes respiratoires, une mère et sa fille ont assigné l'Etat pour "carence fautive" à la suite du pic de pollution de décembre 2016 et réclament 160.000 euros de dommages et intérêts.

Elles estiment que la pollution de l'air a eu des conséquences directes sur leur santé. Ce mardi, le tribunal administratif de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, examine un recours contre l’Etat pour "carence fautive" intenté par une mère et sa fille souffrant de problèmes respiratoires. Elles estiment notamment que les autorités n'ont pas pris toutes les mesures "efficaces" contre la pollution atmosphérique, en particulier lors du très sévère épisode qu'a subi l'agglomération parisienne en décembre 2016. 

Le duo mère-fille, qui vivait alors à Saint-Ouen, a dû se résoudre depuis à quitter la région parisienne sur prescription médicale, l'une soufrant de bronchites à répétition l'autre de crises d'asthme

Lire aussi

"Il y a toute une batterie de mesures qui sont susceptibles d'être prises, une quarantaine environ", rappelle leur avocat, Me Francois Lafforgue, précisant qu'à l'époque "sur cette quarantaine de mesures, seule une dizaine a été prise". Selon lui, "on n'a pas veillé à ce que la circulation alternée soit respectée ou encore à ce que les industrie n’émettent pas de polluants atmosphériques etc". Au nom de ses clientes, qui vivent désormais près d'Orléans, il réclame 160.000 euros de dommages et intérêts en réparation du préjudice subi.

Lire aussi

Selon le fondateur et porte-parole de l'association "Respire", d'autres recours pourraient suivre. "Il y a cinquante dossiers chez l'avocat aujourd'hui et on a possiblement des milliers de personnes qui sont dans des situations où la pollution de l'air affecte très directement leur état de santé", souligne-t-il. Pour rappel, en France, la pollution de l'air est la cause chaque année de 48.000 décès prématurés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter