Notre-Dame de Paris : le plomb fondu par l'incendie est-il dangereux ?

Notre-Dame de Paris : le plomb fondu par l'incendie est-il dangereux ?
Population

Toute L'info sur

Le 20h

JT 20H - Après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris le lundi 15 avril, le site a commencé à être déblayé. Un problème se pose alors sur le chantier, celui de la pollution au plomb.

Sur le toit de Notre-Dame de Paris et sur sa flèche principale, il y avait 210 et 250 tonnes de plomb. L'incendie de l'édifice a dispersé ce métal toxique, qui a coulé sur les pierres et le sol. Les alentours de la cathédrale pourraient aussi être contaminés via les eaux d'écoulement. Pour que la reconstruction puisse se dérouler dans un environnement salubre, il faut donc évacuer tous les résidus potentiellement dangereux.

C'est pourquoi, l'association Robin des bois a réclamé vendredi la "décontamination" de Notre-Dame de Paris. "Après la fusion d’au moins 300 tonnes de plomb dans les garnitures de la flèche et dans la toiture, l’emprise de Notre-Dame de Paris est un site pollué. La cathédrale est aujourd’hui rendue à l’état de déchet toxique", explique l'ONG. Elle demande aussi que soit dressée une "cartographie de toutes les substances toxiques" présentes dans l'édifice.

Des poussières inhalées par les habitants ?

L'association, qui publie régulièrement des rapports répertoriant les sols pollués, notamment par des hydrocarbures ou le plomb, estime qu'un "risque plomb pèse désormais sur l'île de la Cité et les sédiments de la Seine", évoquant de possibles poussières de plomb inhalées par les habitants "pendant plusieurs mois, sinon années". Elle demande ainsi que l'organisation de surveillance de la qualité de l'air Airparif soit "mandatée et équipée" pour mesurer dans l'atmosphère le plomb et les autres substances émises par l'incendie.

De son côté, Airparif avait indiqué mardi n'avoir pas relevé de dépassement de seuil des polluants habituels de l'air, notamment des particules fines, après l'incendie de Notre-Dame, ce qui suggérait une pollution très localisée. Mais l'organisme avait noté de pas avoir les moyens, ni le mandat, de réaliser des mesures spécifiques permettant d'évaluer l'impact local. Airparif ne fait pas de mesures en temps réel du plomb dans l'air, mais a envoyé des filtres en laboratoire. 

Lire aussi

Le sujet en tête de ce papier a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 22/04/2019 présenté par Julien Arnaud sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 22 avril 2019 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent