VIDÉO - Port du masque obligatoire à Paris : ce que vous avez le droit de faire (et de ne pas faire)

En scoot, trottinette, quand on fume ou qu'on mange un sandwich... C'est parfois un véritable casse-tête ! Mais où et quand est-on désormais obligé de porter le masque ? On vous explique !

CONDITIONS - L'arrêté préfectoral imposant le port du masque dans Paris dès ce vendredi a fait l'objet de vives discussions, la mairie plaidant pour plusieurs ajustements. Voici ce que vous pouvez finalement faire... ou non.

Avec ou sans masque ? Les nouvelles règles imposées pour endiguer une reprise de l'épidémie sont entrées en vigueur non sans mal ce vendredi dans les rues de Paris. En cause, le statut des cyclistes et joggeurs, et plus largement les situations dans lesquelles il est possible (ou non) d'ôter son masque.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Lire aussi

Une exception pour les cyclistes et les joggeurs

L'arrêté préfectoral émis jeudi 27 août dans l'après-midi était formel : le port du masque est obligatoire pour tous les piétons mais aussi les utilisateurs de "vélos, deux-roues, trottinettes et autres engins de mobilité personnels". Une décision qui concerne tout le monde, à l'exception des conducteurs des véhicules à moteur, poids lourds ou particuliers. Très vite, le texte s'est attiré les foudres de la mairie de Paris. 

"On dit aux gens : "Prenez le vélo pour essayer de désengorger les transports en commun" et en parallèle, on leur demande de porter un masque qui est particulièrement inconfortable", a argumenté ce vendredi matin Emmanuel Grégoire. Même incompréhension de la part du premier adjoint d'Anne Hidalgo concernant les joggeurs : "Quiconque a fait du jogging dans sa vie sait que c'est impossible de le faire avec un masque." Sollicitée pour donner le feu vert à ces deux situations, la préfecture de police a lâché du lest en milieu de matinée. Les utilisateurs de trottinettes et de deux-roues motorisés n'étant cependant pas mentionnées dans cette dérogation accordée par la préfecture, ils doivent donc porter un masques. Seul bémol : les personnes disposant d'un casque intégral, qui peuvent s'en passer.

Lire aussi

Les piétions masqués… sauf pour fumer et manger

Si l'arrêté préfectoral stipule qu'il est obligatoire pour les piétons parisiens d'avancer masqués, aucune mention n'est faite concernant des cas particuliers, notamment les fumeurs et les repas. D'où les interrogations là encore de la mairie de Paris. Ce vendredi, Emmanuel Grégoire a annoncé que, sur ce plan, la tolérance serait de mise. "C'est une bonne nouvelle, au-delà de la dérogation de port du masque pour les cyclistes et les coureurs, la préfecture de police a confirmé qu'il serait autorisé de fumer et de manger dans l'espace public à Paris", a tweeté l'élu.

En réalité, selon nos informations, tout dépendra de la situation. Quelqu'un qui fume seul dans la rue ne sera probablement pas verbalisé alors qu’un groupe qui fume et ne respecte pas les distanciations pourra l’être. 

Lire aussi

Les enfants de moins de 11 ans ne sont pas concernés

Les enfants doivent-ils eux aussi porter un masque ? La question s'est là aussi posée ce vendredi, la préfecture n'ayant pas avancé d'âge minimum dans son premier texte. 

L'exercice de clarification a eu lieu : les enfants de moins de 11 ans ne sont pas non plus obligés de porter le masque, a fait savoir la préfecture.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Déconfinement : en Allemagne, des restrictions jusqu'au printemps ?

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Producteur de musique tabassé : retour sur la chronologie des faits

Lire et commenter