Pourquoi Mohamed fait-il son entrée dans le top 20 des prénoms les plus attribués en France ?

Pourquoi Mohamed fait-il son entrée dans le top 20 des prénoms les plus attribués en France ?

À LA LOUPE – C'est une première en France. En 2018, Mohamed arrive dans le top 20 des prénoms les plus attribués. Peut-on parler d'un phénomène ? À La Loupe s'est penché sur le sujet.

Chaque année, la publication de la liste des nouveaux prénoms les plus attribués apporte sa liste de surprise. En 2018, Emma truste toujours la première place chez les filles depuis 2016. Côté garçon, c'est Gabriel qui reste en tête depuis 2015. Mais un prénom a créé la surprise : Mohamed, qui fait son entrée pour la première fois dans le top 20. Il se retrouve à la 19e position, juste entre Tom et Aaron. Comment peut-on l'expliquer ?

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Mohamed, désormais en 19e position

Si on se réfère aux statistiques officielles publiées par l'Insee, le prénom Mohamed a été attribué 2.460 fois en 2018, ce qui le place en 19e position. Le pic a été atteint en 2014 avec 2.653 naissances. Jusque-là, il augmentait régulièrement depuis 1998, année qui compta 1.155 nouveaux Mohamed. 

Comme on peut le constater sur le graphique publié par l'Insee, l'attribution du prénom Mohamed a déjà connu une hausse soudaine dans les années 70 et 80, avant que sa popularité ne retombe jusqu'en 1998. En l'espace de vingt ans - entre 1998 et 2018 - l'attribution du prénom Mohamed a été multipliée par deux. 

Si en 2018, Mohamed fait pour la première fois son entrée dans le top 20 des prénoms les plus attribués de l'année, est-ce seulement dû au fait que son attribution ait doublé en l'espace de vingt ans ? Rapporter au nombre total de naissances de garçons - 378.021 en 2018 - seul 0,6% des nouveaux-nés se sont faits appeler Mohamed, contre 1,4% de Gabriel. 

Comment expliquer l'arrivée de Mohamed dans le top 20 ?

Une des premières explications se trouve dans la plus grande diversité des prénoms. Depuis une loi de 1993, les parents ont plus de liberté et de créativité, le nombre de prénoms différents a par conséquent explosé. En 1989, seulement 80 prénoms différents couvraient la moitié des nouveaux-nés, en 1998, il faut 100 prénoms et plus de 200 en 2008. En raison de cette plus grande diversité, le classement des prénoms devient plus fluctuant qu'auparavant. Du fait de la connotation culturelle marquée pour le choix de Mohamed, les parents n'ont pas recours à des fantaisies orthographiques pour écrire le prénom traditionnellement donné au premier garçon de la fratrie. Comme c'est un prénom stable, cela favorise sa montée dans le classement national.  

Dans le même temps, comme l'explique pour LCI Baptiste Coulmont, sociologue et auteur de La Sociologie des prénoms, Mohamed devient de plus en plus populaire. "Le prénom Mohamed, qui est la version arabe pour désigner le prophète de la religion musulmane, est de plus en plus attribué et pas seulement en France. Par exemple en Turquie, les parents privilégient désormais la version à consonance arabe plutôt que Mehmet qui est la désignation en turc de Mohamed." Le chercheur souligne que la version arabe est aussi de plus en plus choisie par rapport Mamadou. 

Enfin, Baptiste Coulmont rappelle que Mohamed est un prénom ancien en France. En effet, si on se réfère aux données de l'Insee, Mohamed est placé à 66e place des prénoms les plus populaires de ces cinquante dernières années, entre les prénoms Jules, Matthieu, Mathis et Gregory. Et si on remonte le compteur de 1948 - c'est-à-dire en plein baby-boom - à aujourd'hui, Mohamed se situe aussi dans le top 100 à la 91e place, entre les prénoms Cyril, Jean-Marc, Samuel et Yann. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 13 décès en 24h, la décrue se poursuit à l'hôpital

Malaise cardiaque d'Eriksen : "S'il n'est pas nul, le pourcentage de chances pour qu'il rejoue un jour est faible"

États-Unis : "avalé" par une baleine, un pêcheur en ressort indemne

Aveugle depuis 10 ans, un homme recouvre la vue grâce à une première mondiale

Covid-19 : les contaminations repartent à la hausse au Royaume-Uni, la faute au vaccin AstraZeneca ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.