Profs non-remplacés : des parents de Seine-Saint-Denis veulent attaquer l'Etat en justice

Population

EDUCATION - Les parents d'élèves d'un collège de Saint-Denis ont annoncé jeudi vouloir attaquer l'Etat en justice pour "discontinuité du service public". Les collégiens du département perdraient chaque année en moyenne 100 à 150 heures de cours.

L'Etat sur le banc des accusés en Seine-Saint-Denis. Les parents du collège Fabien, à Saint-Denis, ont annoncé jeudi leur intention de poursuivre l'Etat en justice pour "discontinuité du service public", en raison de centaines d'heures manquantes faute de professeurs remplaçants. 

Dix-neuf familles sont en train de préparer un recours devant le tribunal administratif qui doit être déposé dans les semaines à venir, a indiqué Catherine Denis, représentante FCPE de ce collège, assurant que "d'autres personnes" pourraient se joindre à l'initiative. 

Lire aussi

Des centaines d'heures manquantes

"L'année dernière, mon fils en sixième a eu 188 heures de cours non assurées", a indiqué cette dernière à l'AFP. Selon la FCPE, 17% des heures seraient ainsi manquantes, et les collégiens de Seine-Saint-Denis perdraient chaque année entre 100 et 150 heures de cours. 

Les familles demandent une "indemnisation symbolique", à hauteur de 12 euros par heure non remplacée, soit environ 2000 euros par famille. 

Plus encore que d'autres territoires, la Seine-Saint-Denis souffre toujours d'un manque d'attractivité et compte une proportion particulièrement élevée d'enseignants contractuels et de néo-titulaires, soit 64%, contre 21% à l'échelle nationale, selon un rapport parlementaire de 2018. En 2017, l'Etat avait été condamné à indemniser une famille dont l'enfant, scolarisé au collège Lakanal de Colombes (Hauts-de-Seine), avait été privé de 96 heures de cours. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter