Qu’est-ce que l'"auto-confinement choisi", prôné par un épidémiologiste pour éviter un reconfinement ?

Qu’est-ce que l'"auto-confinement choisi", prôné par un épidémiologiste pour éviter un reconfinement ?

ÉCLAIRAGE – Face à l’afflux des contaminations partout en Europe, un épidémiologiste belge appelle la population à "s’auto-confiner" et limiter ses déplacements au strict nécessaire pendant un mois, sans attendre les décisions des pouvoirs publics. Il s’explique pour LCI.

Malgré l’instauration du couvre-feu il y a une dizaine de jours en France, le nombre de contaminations explose. Dimanche 25 octobre, le pays a enregistré plus de 52.000 cas en 24 heures, un record continental depuis le début de la pandémie. De leur côté, les hôpitaux des régions les plus touchées voient débarquer de plus en plus de patients, et sont obligés de déprogrammer les opérations non-urgentes, à l’instar de la première vague. Dans cette situation, la question d’un reconfinement, local ou national, n’est plus exclue par le gouvernement.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Pour Yves Coppieters, médecin et épidémiologiste à l’Université Libre de Bruxelles (ULB), il ne faut pas attendre les décisions des pouvoirs publics pour agir. "Nous ne connaissons pas l’efficacité des mesures prises actuellement", admet-il à LCI. "Pour voir leur efficacité, il faudra attendre entre le 1er et le 15 novembre. Au niveau des hospitalisations, il faudra encore attendre 10 jours de plus, ce qui nous amène vers le 20 ou 25 novembre avant de voir un début d’aplatissement dans les hôpitaux. Tout cela est trop tard, il faut donner un coup complémentaire pour stabiliser plus vite les transmissions au sein de la population."

"Les courses non-essentielles et les balades doivent absolument s’arrêter"

En ce sens, il appelle donc les Français, comme les Belges, à "s’auto-confiner". "La population doit prendre les devants et rester un maximum chez elle", demande l’épidémiologiste. "Comme en mars et avril, il faut qu’elle ne sorte que pour les activités prioritaires, à savoir l’école pour les enfants, et pour aller travailler si le télétravail n’est pas possible, mais en appliquant fortement les gestes barrières." "Les courses non-essentielles ou les balades doivent absolument s’arrêter pendant un mois", insiste Yves Coppieters.

Lire aussi

Selon lui, cet "auto-confinement choisi contribuerait à diminuer les relations sociales et les contacts interhumains", responsables de la circulation accrue du virus ces dernières semaines en Europe. Pour justifier cette proposition, l’épidémiologiste s’appuie sur l’exemple suédois. "La Suède ne s’est jamais officiellement confinée, mais la population s’est quasiment auto-confinée lors de la première vague", assure-t-il. "Elle s’est disciplinée par elle-même."

"Les jeunes doivent se forcer à rester dans leur logement"

Il appelle donc les Français à faire de même, "même si dans nos pays latins, c’est plus compliqué". "Dès que nous levons un peu les messages de prévention, les populations se relâchent dans leurs gestes barrières", regrette le professeur à l’ULB. "Certaines cultures arrivent à les maintenir beaucoup plus dans le temps."

En outre, sa proposition s’adresse à toute la population, "dès maintenant", mais surtout "aux groupes à risque, plus vulnérables, à savoir les plus de 65 ans, voire les plus de 50 ans." Toutes les catégories d’âge demeurent concernées. "Les jeunes, en dehors de l’école et de leurs activités de base, doivent se forcer à rester dans leur logement", plaide Yves Coppieters. "Chaque tranche d’âge doit faire des efforts."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Déconfinement : en Allemagne, des restrictions jusqu'au printemps ?

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Producteur de musique tabassé : retour sur la chronologie des faits

Lire et commenter