Quels sont les produits désormais interdits à la vente dans les grandes surfaces ?

Quels sont les produits désormais interdits à la vente dans les grandes surfaces ?

COMMERCES – Le gouvernement a précisé la liste des produits autorisés à la vente dans les grandes surfaces, au-delà de ceux jugés "essentiels". La mesure doit être appliquée à partir du 4 novembre.

Fin de l’imbroglio. Le gouvernement a précisé, mardi 3 novembre, la liste des produits désormais autorisés à être commercialisés en France le temps du confinement dans les grandes surfaces :

- les denrées alimentaires et les boissons,

- les produits de quincaillerie (dont les articles de cuisine, le petit électroménager, les piles et les

ampoules) et de bricolage,

- la droguerie (produits de lavage et d’entretien et articles pour le nettoyage),

- les dispositifs médicaux grands publics et les masques,

- les articles de puériculture y compris les habits pour les nouveau-nés et les nourrissons,

- la mercerie,

- la papeterie et la presse,

- les produits informatiques et de télécommunication,

- les produits pour les animaux de compagnie,

- les produits d’hygiène, de toilette et beauté (articles d’hygiène corporelle, déodorants, rasages,

produits pour les cheveux, maquillage etc.) ;

- les graines et engrais et les produits d’entretien des véhicules.

 Voici donc les produits dont la vente sera interdite à compter du mercredi 4 novembre, sauf en ligne ou en drive :

- les rayons jouets et décoration,

- les rayons d’ameublement

- la bijouterie/joaillerie

- les produits culturels (livres, CD et DVD, jeux vidéo),

- les articles d’habillement et les articles de sport (hors cycles)

- les fleurs

- le gros électroménager

Toute l'info sur

La France sort progressivement de son deuxième confinement

Jauge maximale instaurée dans les grandes surfaces

En outre, une jauge de capacité d'accueil contraignant les établissements concernés à ne pas pouvoir "accueillir un nombre de clients supérieur à celui permettant de réserver à chacun une surface de 4 m2" est mise en place. La capacité maximale d'accueil doit être "affichée et visible depuis l'extérieur" des magasins, précise l’exécutif. "Lorsque les circonstances locales l'exigent, le préfet de département peut limiter le nombre maximum de clients pouvant être accueillis dans ces établissements."

Le gouvernement confirme également dans son décret que les activités à domicile sont autorisées à la condition qu'elles le soient également "si elles étaient exercées en établissement recevant du public". Cela exclut notamment les coiffeurs à domicile et les professionnels de l'esthétique, comme l'avaient annoncé lundi 2 novembre le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le ministre délégué chargé des PME, Alain Griset.

Vers une révision dans deux semaines ?

Ce dimanche soir, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé sur TF1 qu'au nom de l'"équité" et de la sécurité sanitaire, le gouvernement avait décidé de fermer les rayons non essentiels dans les grandes surfaces, plutôt que d'autoriser les petits commerces à rouvrir. Il avait précisé qu'un point serait fait "dans 15 jours et puis, surtout, à l'échéance du 1er décembre fixée comme la fin de ce confinement".

La fronde s'était amplifiée ces derniers jours chez les petits commerçants, contraints de fermer tandis que les grandes surfaces peuvent rester ouvertes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon une revue médicale

EN DIRECT - Confinement assoupli : c'est aujourd'hui que les Français retrouvent leurs magasins

Qui est Michel Zecler, le producteur tabassé par des policiers ?

Le journaliste Rémy Buisine a-t-il vraiment refusé de répondre à l'IGPN?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Lire et commenter