Qui choisit les sujets et corrige les copies ? Que valent les notes ? Tout savoir sur les épreuves de contrôle continu du Bac

Qui choisit les sujets et corrige les copies ? Que valent les notes ? Tout savoir sur les épreuves de contrôle continu du Bac
Population

EXAMEN - Les épreuves de contrôle continu du baccalauréat ont débuté dans la contestation, lundi 20 janvier dans les lycées. Comment doivent-elles se dérouler ? LCI fait le point.

Du 20 janvier au 28 février, les élèves de Première et Terminale plancheront sur les premières épreuves du baccalauréat nouvelle version. Baptisées "E3C" pour "épreuves communes de contrôle continu", elles doivent se dérouler pendant un mois et demi. Mais elles cristallisent les critiques des élèves, de leurs parents, et des professeurs. Ces derniers dénoncent l'amateurisme avec lequel les sujets ont été choisis, le travail supplémentaire que cela va demander aux correcteurs, le coût qu'il représente pour les établissements (convocations par courrier, surveillants, organisation de sessions de rattrapage...) ou encore les inégalités qui vont en découler. Pour essayer d'y voir plus clair, voici tout ce qu'il faut savoir sur ces épreuves.

Lire aussi

Quand auront lieu les épreuves ?

Les "E3C" ont lieu aux deuxième et troisième trimestres de l’année de Première, et au troisième trimestre de l’année de Terminale. Pour cette première session, qui ne concerne donc que les élèves les plus jeunes, elles se déroulent du 20 janvier au 28 février, selon un calendrier propre à chaque établissement. Les élèves de Première générale passeront trois épreuves : histoire-géographie, et leurs deux langues vivantes. A ces matières s'ajoutent, pour les élèves de Premier technologique, les mathématiques.

Combien les notes valent-elles ?

Les épreuves de contrôle continu comptent désormais pour 30% de la note finale du baccalauréat. Puisqu'elles sont réparties en trois sessions pour les élèves de Première et Terminale, et que chaque matière a un coefficient différent, le pourcentage de chacune dans la note finale du diplôme est très faible. Ainsi, l'épreuve d'histoire-géographie que doivent passer les élèves de Première jusqu'à fin février ne représentera qu'1,7% de cette note. 

Comment les sujets ont-ils été choisis ?

Puisque l'organisation des épreuves relève des établissements, c'est également eux qui choisissent les sujets distribués aux élèves. Mais pour garantir l’égalité entre les candidats et les établissements scolaires, une "banque nationale numérique des sujets" a été créée. Elle a été mise en ligne le 9 décembre, avec plusieurs semaines de retard, et a été critiquée pour son manque de qualité. Les professeurs critiquent aussi le peu de suspense dans les sujets des épreuves : peu de chapitres ont été terminés depuis le mois de septembre. Les établissements doivent également veiller à faire porter l'épreuve sur un thème que toutes les classes de l'établissement ont travaillé à égalité, ce qui diminue encore plus les chances de viser juste. D'ailleurs, un couac a déjà eu lieu dans l’académie Orléans-Tours. Via un mot inscrit sur l’intranet, l’administration a précisé aux élèves que l’"E3C" porterait sur "le chapitre 1, thème 1 en histoire, et le chapitre 1 en géographie".

Selon la note envoyée aux établissements en octobre dernier par le ministère de l'Education nationale, soit les classes d’un même établissement composeront sur un même sujet le même jour à la même heure, soit elles plancheront à des créneaux différents choisis "par classe ou par créneau de convocation". Ainsi, tout ne se déroulera pas de la même manière selon les établissements, le ministère laissant une assez grande latitude aux lycées. Ce qui fait dire à certains professeurs que le caractère égalitaire du baccalauréat, censé apporter les mêmes chances de réussite à tous les lycéens, fait défaut.

Qui corrigera les copies ?

"Les copies anonymes sont corrigées par d’autres professeurs que ceux de l’élève. Une harmonisation est assurée", indique le site du ministère de l’Education nationale, sans donner plus de précisions. La correction des copies sera dématérialisée, et un logiciel vérifiera si les corrections des professeurs sont harmonieuses. Sinon, une commission d’harmonisation académique sera chargée de vérifier qu'aucun élève n'a été sanctionné injustement, et pourra prendre le pouvoir d’augmenter les notes, sans consulter les correcteurs. 

Après les épreuves, chaque copie doit être numérisée, via des scanners fournis aux établissements. En effet, l’Etat est obligé de conserver les épreuves des élèves pendant un délai légal. Or, indique Le Parisien, ces derniers ne reconnaîtraient que l’encre noire, et seraient donc dans l’incapacité de scanner des cartes de géographies, colorées.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent