Qui était Solitude, première femme noire à avoir sa statue à Paris ?

Ludovic MARIN / AFP
Population

PREMIÈRE - L'inauguration ce samedi à Paris d'un jardin portant le nom de la "mulâtresse" Solitude devrait être l'occasion pour la Ville d'annoncer son projet d’installer sur place, à terme, une statue la représentant. Que faut-il savoir de cette héroïne méconnue de la résistance des esclaves de Guadeloupe ?

Elle a vocation à rejoindre le millier de statues que compte actuellement la capitale, mais son installation sera hautement symbolique. L'inauguration ce samedi par Anne Hidalgo dans le 17e arrondissement  d'un jardin portant le nom de Solitude la "mulâtresse" devrait être l'occasion pour la Ville d'annoncer son projet d’installer sur place, à terme, un monument la représentant. "Ce sera la première statue de femme noire à Paris", s'est félicité l’acteur guadeloupéen Jacques Martial, nouvel adjoint chargé des Outre-mer.

Que faut-il savoir de cette héroïne méconnue à qui la Ville de Paris est déterminée à rendre hommage ? Au temps du colonialisme, le terme "mulâtresse" désignait  les personnes nées d’un parent blanc et d’un parent noir, à l'instar de Solitude, cette Guadeloupéenne morte en 1802, figure de la résistance des esclaves noirs. 

Celle qui est née vers 1772 du viol d’une esclave africaine par un marin blanc avait été séparée de sa mère après qu'un colon a remarqué sa peau et ses yeux clairs et en fasse sa domestique. Huit ans après avoir bénéficié de l'abolition de l’esclavage Bonaparte le rétablit en Guadeloupe, poussant Solitude, alors enceinte, à se joindre à la résistance. Arrêtée, condamnée à mort, elle a été pendue le jour qui a suivi son accouchement. Deux siècles plus tard, un livre d’André Schwarz-Bart l'a tirée de l'oubli.

La Ville de Paris prévoit d'ériger la future statue à son effigie presque à la place d'une autre détruite sous l’occupation nazie, celle du général Dumas, premier général français ayant des origines afro-antillaises et père de l’écrivain Alexandre Dumas. A son sujet, en juin, Édouard Philippe s'était dit "profondément déçu que la République, la IVe d’abord, la Ve ensuite, ne reconstruise pas la statue du général Dumas".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le gouvernement envisage des mesures de durcissement nationales "dans les jours à venir"

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Quel est donc ce "confinement éco-compatible" que réclament deux médecins Lillois ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent