Les baby boomers, principal défi du rapport sur le grand âge remis ce jeudi à Agnès Buzyn

Population
ATTENDU - Alors que les 85 ans et plus vont voir leur nombre exploser, passant de 1,8 million aujourd'hui à 2,6 millions en 2030 selon les projections de l'Insee, le rapport sur le grand âge et l'autonomie présenté ce jeudi devrait notamment confirmer la priorité donnée à l'accompagnement à domicile des personnes âgées.

C'est le fruit de quatre mois d'échanges entre les acteurs du secteur, qui ont pris part à dix groupes de travail sur le grand âge et l'autonomie. Demandé par le gouvernement, le rapport très attendu de Dominique Libault, ex-conseiller de Simone Veil, ancien directeur de la Sécurité sociale, doit être remis ce jeudi en fin de matinée à Agnès Buzyn. Son défi majeur ? Les générations nombreuses du baby boom qui vont entrer dans le grand âge à partir de 2030.


Alors que les 85 ans et plus vont voir leur nombre exploser, passant de 1,8 million aujourd'hui à 2,6 millions en 2030 selon les projections de l'Insee, le rapport Libault devrait notamment confirmer la priorité donnée à l'accompagnement à domicile des personnes âgées, annonce L'Humanité ce mercredi. 

Et pour cause : face à ce vieillissement massif, les structures sont insuffisantes. Etablissements saturés, personnels sous-payés et épuisés, au point que le secteur peine à recruter, en institution comme dans l'aide à domicile... Dominique Libault a consulté tous azimuts pour construire son rapport. 

Un tiers des plus de 85 ans résident en Ehpad

Au-delà des besoins de financement de la dépendance, estimés entre 11 et 25 milliards d'euros à l'horizon 2030, il s'agit de choix de société. Si une étude de la Drees, parue en 2015, montrait que 81% des Français sont favorables au maintien à domicile d’un proche dépendant, la proportion de personnes âgées vivant en institution en France est une des plus élevées d'Europe. Dans le détail, un tiers des plus de 85 ans résident en Ehpad (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), dont l'image n'a cessé de se détériorer.


Quant au taux de soignants, il s'est légèrement amélioré en dix ans dans les Ehpad (28 aides-soignants et infirmiers pour 100 lits), mais reste très en deçà des taux observés chez nos voisins allemand et espagnol, tandis que l'état des personnes accueillies s'est dégradé, allant vers des dépendances lourdes.


Reste que le maintien au domicile exige des personnels formés en nombre. Or le secteur est en crise, comme l'ont montré les grèves de soignants de l'hiver 2018.

En vidéo

À quoi pourrait ressembler l'hôpital du futur ?

Le reste à charge, sujet épineux

Alors que le système est aussi trop binaire, entre institution et domicile, Domnique Libault a reconnu récemment qu'il y avait "une demande d'évolution de l'offre" afin "que la coupure entre domicile et Ehpad soit moins forte", tout en excluant un "big bang".


Le reste à charge pour les familles est un autre sujet épineux. Le rapport devrait proposer une simplification du système tripartite (Assurance maladie, départements, familles) avec une nouvelle prestation autonomie fusionnant dépendance et soins. L'APA (allocation personnalisée d'autonomie) serait remplacée par une "prestation autonomie établissement" dégressive selon le revenu. Les sujets les plus délicats, comme le financement et sa répartition entre les départements, l'Assurance maladie et les familles, feront certainement l'objet d'arbitrages au plus haut niveau.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter