Reconfinement : les grands excès de vitesse doublent, la mortalité sur les routes recule

La très forte augmentation des grands excès de vitesse est l'une des conséquences du reconfinement. On en a enregistré 50% de plus cette année 2020.

CONDUITE - La Sécurité routière a assuré ce mardi que les grands excès de vitesse, c'est-à-dire ceux supérieurs de 50 km/h à la vitesse maximale autorisée, ont bondi de 50% depuis le début du reconfinement. Cette tendance est comparable à celle observée au printemps dernier lors du premier confinement.

"C'est inquiétant, mais malheureusement pas étonnant". Marie Gautier-Melleray, déléguée interministérielle à la sécurité routière (DISR), a réagi ce mardi à la publication des nouveaux chiffres de la Sécurité routière. Selon ces derniers, les excès de vitesse supérieurs de 50 km/h à la vitesse maximale autorisée ont doublé par rapport à la même période en 2019. Cette évolution - qui s'explique par le reconfinement - avait déjà été constatée au printemps dernier. Une comparaison qui trouve néanmoins ses limites selon la représentante : "on avait imputé, pendant le confinement, la hausse des très grands excès de vitesse à la tentation des gens d'accélérer devant une route très dégagée. Là, la circulation est moins dégagée". Sous-entendu, les grands excès de vitesse explosent malgré une circulation plus dense que lors des premières restrictions sanitaires où le trafic avait chuté de 75% (données du Céréma).

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie et les mesures sanitaires

Vers de mauvaises habitudes chez les Français ?

Face à ce paradoxe, Marie Gautier-Melleray a avancé une "explication" qui paraît "naturelle mais méritera d'être affinée". Elle estime ainsi que les personnes en excès de vitesse "subissent de fortes contraintes liées au confinement, jugées pesantes, ont envie dans d'autres domaines de s'affranchir des contraintes". La DISR craint que ces pratiques s'ancrent dans les "habitudes" des Français. "Lors du déconfinement, les grands excès de vitesse avaient diminué très progressivement et on n'avait retrouvé un niveau proche de la normale qu'à la fin de l'été", souligne ainsi la déléguée. À noter toutefois que lors des semaines du 2 et du 9 novembre, les excès de vitesse inférieurs de 20 km/h à la VMA ont diminué de 30% par rapport aux mêmes semaines de l'année dernière.

Parallèlement, la Sécurité routière s'attend à voir, en novembre, se poursuivre la baisse de l'accidentalité constatée en octobre (-22,6%), en partie imputable aux effets des deux phases de couvre-feu. En revanche, elle craint qu'elle ne "soit pas si importante qu'elle devrait l'être". Lors du confinement de printemps, le nombre de personnes tuées sur les routes avait chuté de moitié.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France dépasse le seuil des 70.000 morts

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

"Il va falloir encore tenir" : la réponse de Macron à Heidi, l'étudiante à bout qui l'a interpellé

Royaume-Uni : des colis envoyés aux plus démunis provoquent l’indignation

Lire et commenter