Ces Français qui font des stocks malgré l’appel à la raison des supermarchés

Ces Français qui font des stocks malgré l’appel à la raison des supermarchés

RAVITAILLEMENT - Pour faire face à la dégradation de la situation sanitaire, Emmanuel Macron devrait annoncer de nouvelles restrictions ce mercredi soir. Alors qu’un confinement national est fortement pressenti, certains prennent leurs précautions et se procurent des produits de première nécessité, même si les supermachés se montrent rassurants sur leurs stocks.

"Les choses sont bien gérées. Il y aura suffisamment de blé pour assurer l’ensemble de le production". A l'instar du président de Panzani, Xavier Riescher, interrogé en début de semaine par Europe 1, grands distributeurs et supermarchés se veulent optimistes quant à leur capacité à éviter les pénuries sur certains produits en cas de confinement national. La Fédération du commerce et de la distribution annonce également qu'il n'y aura pas de problèmes d'approvisionnement si tout le monde reste raisonnable. Mais certains Français préfèrent quand même prendre les devants. 

"Je fais les courses de mes parents. On prévoit un peu de stocks parce qu’on a peur qu’avec les annonces ce soir, ce soit un peu la ruée dans les magasins. On va faire des courses pour un mois, un mois et demi", explique ainsi un consommateur à TF1 dans le reportage en tête de cet article. Un autre acheteur lyonnais confie de son côté avoir "acheté du papier toilette en prévision du confinement afin de ne pas revivre la même expérience qu'au mois de mars : j’ai préféré prendre un peu d’avance". 

Toute l'info sur

Le 13h

"Pas péril en la demeure"

Dès lundi, le patron du groupe Leclerc appelait à la prudence et à la raison. "Pas de panique, il y a du stock partout. Ne rejouons pas mars 2020 !", martelait Michel-Edouard Leclerc. Car l'achat des produits de première nécessité a bel et bien augmenté ces derniers jours. En une semaine, les pâtes et le papier WC (+30% et + 20% chez Leclerc) connaissent un succès comparable à mars dernier. Dans la même idée, le nombre de commandes "drives" a aussi connu une forte croissance en l'espace de sept jours, notamment pour le groupe U (+35%) et Auchan (jusqu'à +105%). 

Face à cette situtation, Dominique Schelcher, président de la coopérative de la grande distribution U, a lancé un appel à la raison sur Twitter : "Il se reproduit aujourd'hui le même emballement médiatique qu'au printemps sur l'approvisionnement des Français. Or les faits ont démontré que la chaîne alimentaire a tenu. Nous ferons de même cette fois. Mettons notre énergie sur l'essentiel et pas dans des agitations inutiles !". Une femme interrogée par TF1 dans le reportage ci-dessus appelle elle aussi à l'apaisement. "Il faut continuer à vivre. On n’a vu la dernière fois qu’il n’y avait pas péril en la demeure. Il y a toujours eu des denrées dans les magasins, ce sont les gens qui réagissent mal", souligne-t-elle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden, le jour de l’investiture, à suivre en direct demain, dès 6h, sur LCI

EN DIRECT - Covid : l'Allemagne durcit et prolonge ses restrictions jusqu'à mi-février

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Dans sa vidéo d'adieu, Donald Trump exhorte à "prier" pour le succès de l'administration Biden

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Lire et commenter