Reconfinement : peut-on annuler un séjour et se faire rembourser ?

Une réception d'hôtel / Photo d'illustration

HEBERGEMENTS - Avec l'entrée en vigueur du nouveau confinement, certains s'interrogent sur leurs réservations d'hôtel ou autres locations pour les semaines à venir. Peuvent-ils se faire rembourser ? Eléments de réponse.

Puis-je annuler et me faire rembourser ma semaine d'hôtel ? Ma location Airbnb ? Et comment procéder ? C'est un casse-tête auxquels ont été confrontés de nombreux Français au printemps dernier, lorsque le premier confinement a compromis les projets de vacances, de Pâques en l'occurrence, de nombreuses familles. Si l'annonce de ce reconfinement coïncide avec la fin des vacances de la Toussaint en France, la question risque tout de même d'en tarauder certains. Pour l'heure, aucune nouvelle mesure spécifique concernant les annulations d’hébergement n'a été annoncée. Par comparaison, au printemps dernier, l’annulation donnait droit pour rappel à un bon d’achat valable 18 mois.

Une politique toujours d'actualité chez les hébergeurs, comme Accor. Contacté par Le Figaro,  l'hôtelier précise que pour un séjour réservé auprès des hôtels du groupe (Ibis, Novotel, Sofitel…) avant le 30 juin et prévu avant le 31 décembre inclus, l’annulation donne droit à un avoir valable un an et demi. Pour les séjours réservés après le 1er juillet, les conditions de vente habituelles s’appliquent. Concernant les clients qui ont réservé un tarif flexible directement auprès des établissements du groupe, ces derniers peuvent annuler leur séjour jusqu’au jour de leur arrivée sans pénalité. Dernier cas de figure : si l'hôtel réservé est fermé pendant la période du séjour, il est possible d'annuler sa réservation et d'être remboursé sans pénalité, indique le site.

Toute l'info sur

La France sort progressivement de son deuxième confinement

Lire aussi

Quid des réservations Airbnb

D'autres, comme Logis Hôtels, n’envisagent pas un remboursement automatique, rappelle encore Le Figaro. Comme au printemps, il s'agira alors de reporter le séjour à une date ultérieure. "Le remboursement systématique et aveugle fragilise davantage des entreprises familiales qui se battent pour l’emploi local. Nous préférons une solution qui fait preuve de compréhension et de solidarité à tous les niveaux", argue Karim Soleilhavoup, directeur général. Pour rappel tout de même, depuis la levée du premier confinement mi-mai, l’annulation sans frais (jusqu’à 18h le jour de l’arrivée pour certains établissements) n’a pas besoin d’être justifiée. 

Pour ce qui concerne les séjours réservés via la plateforme Airbnb, la politique de force majeure est toujours d'actualité. Celle-ci couvre jusqu'au 15 novembre, les hôtes comme les voyageurs testés positifs au Covid-19 ainsi que ceux qui seraient dans l’obligation de s’isoler en vertu des exigences des autorités sanitaires. Concernant les annulation pour raisons personnelles, il faut se reporter à la politique d’annulation de l’hôte, certaines étant plus strictes que d'autres. La plateforme a toutefois mis en place un filtre afin d'encourager les voyageurs à privilégier les logements qui leur permettent de se faire rembourser intégralement leur séjour jusqu'à 24 heures avant l’arrivée prévue.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 500.000 participants à travers la France, selon les organisateurs

EN DIRECT - Covid-19 : 12.580 cas positifs supplémentaires en 24 heures en France

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter