Reconfinement : peut-on voyager vers ou depuis les Outre-mer ?

Reconfinement : peut-on voyager vers ou depuis les Outre-mer ?

TRANSPORT - Le ministère des Outre-mer a précisé les modalités relatives aux voyages en provenance et à destination des territoires ultramarins. Avec quelques règles qui diffèrent.

Peut-on actuellement voyager vers ou depuis les Outre-Mer, à quelles conditions et comment ? La réponse à cette triple question n'est pas si limpide, et ce à plusieurs titres. Tout d'abord, parce que les règles en vigueur diffèrent d'un territoire à ultramarin à l'autre. Ensuite, parce qu'une ambiguïté, relative notamment au cas guadeloupéen, a de quoi dissuader ceux qui pourraient être tentés. 

Dans une relative discrétion, le ministère des Outre-mer a publié ce lundi sur les réseaux sociaux un résumé des modalités relatives aux voyages à destination ou en provenance des régions ultramarines, depuis ou vers l'Hexagone.

Toute l'info sur

La France sort progressivement de son deuxième confinement

Guyane et Guadeloupe, deux cas à part

En premier lieu, la Guadeloupe, qui a affronté la deuxième vague de l'épidémie bien avant la métropole, ne figure pas dans la liste des territoires soumis à la justification d'un motif impérieux. En d'autres termes, officiellement, les passagers, en provenance de l'Hexagone à destination de la Guadeloupe, tout comme la Guyane, n'ont pas à justifier d'"une situation manifestement nourrie d’urgence ou de gravité qui nécessite de se déplacer sans délai pour y répondre"

Seule la présentation d'un test PCR de moins de 72 heures et d'une attestation sur l'honneur indiquant l'absence de symptômes et de contact avec une personne positive est nécessaire. Cela vaut d'ailleurs aussi dans l'autre sens pour les voyageurs de ces deux territoires d'Outre-mer désireux de rejoindre la métropole.   

Lire aussi

Si cette précision a de quoi ravir les acteurs du tourisme sévèrement impactés depuis le printemps par la crise sanitaire, elle se heurte à une ambiguïté non sans conséquence : "Être en mesure de justifier du motif impérieux pour se rendre à l'aéroport." 

Alain Bièvre, président du directoire de la société aéroportuaire Guadeloupe-Pôle Caraïbes résume cette situation paradoxale pour Guadeloupe-1ère : "Quelqu'un qui veut aller en Guadeloupe, peut se retrouver avec une amende de 135 euros sur son trajet routier. Donc, beaucoup de personnes n'ont pas voyagé. Cette ambiguïté-là nous a coûté cher et nous coûte cher encore. Cela a divisé par deux le trafic au sein de l'aéroport."

Il précise que plusieurs acteurs du secteur ont tenté de convaincre le gouvernement d'assouplir sa position, bien conscients "qu'en aucune façon l'exécutif va communiquer en disant 'allez prendre des vacances en Guadeloupe pendant le confinement'".

Des conditions strictes pour les autres

Les voyages vers ou depuis la Martinique (seul territoire ultramarin reconfiné avec la métropole), Mayotte, La Réunion et Saint-Pierre-et-Miquelon sont, eux, soumis à "un motif impérieux d'ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l'urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé"

Idem concernant la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna, à ceci près que les voyageurs arrivant sur ces trois territoires auront également à respecter une quarantaine obligatoire. En outre, comme cela vaut pour tous les voyages vers un territoire ultramarin, un test PCR de moins de 72 heures et une attestation sur l'honneur indiquant l'absence de symptômes et de contact avec une personne positive, est par ailleurs à présenter à l'embarquement. 

À noter que le gouvernement n'a pas annoncé la mise en place des tests PCR pour se rendre vers l'Hexagone depuis les Outre-mer. Mais à l'arrivée dans l'Hexagone, le scénario est similaire à celui des départs : le voyageur doit pouvoir justifier de son déplacement dans le territoire confiné. 

S'agissant des déplacements d'un territoire d'Outre-mer à l'autre, les mesures de circonstances reviennent aux préfectures et aux autorités locales, ces dernières pouvant restreindre les voyages aux seules dérogations pour motif impérieux. Des restrictions sont d'ailleurs déjà en place par exemple entre la Guyane et la Guadeloupe, Saint-Martin, la Martinique, et Saint-Barthélémy. 

Des mesures complémentaires pourraient notamment être adoptées en Polynésie française où un reconfinement pourrait ne plus être évité face à une propagation du virus qui reste parmi les plus élevées au monde.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Covid-19 : la SNCF pourrait perdre jusqu'à 5 milliards d'euros en 2020

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter