Recueilli en septembre par un zoo-refuge, l’ours Mischa, symbole des souffrances animales, est mort

Recueilli en septembre par un zoo-refuge, l’ours Mischa, symbole des souffrances animales, est mort
Population

MALTRAITANCE ANIMALE - L’ours Mischa, qui avait été recueilli en piteux état le 14 septembre dernier par le zoo-refuge La Tanière de Nogent-le-Phaye, près de Chartres, est mort, mardi 12 novembre. Il avait 22 ans et ne s’est pas réveillé après une anesthésie effectuée pour le soigner.

Les images de l’ours Mischa, récupéré dans un état critique à la mi-septembre alors qu’il vivait chez un couple de dresseurs-montreurs d’ours du Loir-et-Cher, avait frappé les esprits il y a deux mois. A tel point que la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, avait interdit tout spectacle le mettant en scène et imposé que des soins lui soient prodigués rapidement.

Malheureusement, malgré la bienveillance et l’attention continue des soigneurs du zoo-refuge La Tanière, à Nogent-le-Phaye, le plantigrade s’est éteint, mardi 12 novembre. Alors qu’il avait repris un peu de poil de la bête en passant de 160 kilos, son poids à son arrivée au refuge, à 200 kilos, Mischa n’a pas survécu à une intervention destinée à soigner ses importants problèmes respiratoires. "On a perdu Mischa, ça vient d'arriver', s’est lamenté Patrick Violas, le fondateur de La Tanière, cité par L’Echo Républicain. 'Tout a pourtant été fait dans les règles de l'art. Il y avait sept vétérinaires, un anesthésiste, un cardiologue et un spécialiste de l'échographie."

Des asticots aux griffes à son arrivée au zoo-refuge...

Sous oxygène et sous traitement pendant un mois afin de soigner ses nombreuses blessures - notamment aux griffes, où des asticots pullulaient sur ses plaies - l’ursidé avait vu son état se dégrader de nouveau depuis la fin de sa prise d’antibiotiques il y a environ deux semaines. 

Lire aussi

Ainsi, ce mardi, les soigneurs avaient prévu de lui faire subir un lavage bronchopulmonaire, sous anesthésie. "C'est arrivé (sa mort, ndlr) au moment du réveil, a précisé Patrick Violas, très ému selon le journal local. Il n'y a pas eu de relais avec l'appareil respiratoire. Mischa souffrait de nombreuses tumeurs, notamment au cerveau." En fait, son état était désespéré depuis son arrivée. "Il faut accueillir les animaux plus tôt pour bien les soigner", a conclu, amer, le fondateur de La Tanière.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter