La France a "un des protocoles sanitaires les plus stricts d'Europe", selon Blanquer : comment font nos voisins ?

Élèves  masqués dans une salle de classe du lycée Phoenix de Dortmund, dans l'ouest de l'Allemagne, le 12 août 2020.
Population

ECOLE - Après des vacances estivales particulières en raison du contexte sanitaire, les élèves et étudiants européens vont progressivement retrouver le chemin des salles de classe. Un retour qui se fait en ordre dispersé et selon des modalités différentes en fonction des pays.

Fini le temps des vacances (ou presque). Partout en Europe, la rentrée des classes s'organise. Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, affirme que la France dispose d'un cadre réglementaire suffisant pour appréhender ce retour
à l'école avec sérénité. Selon lui, le pays est même doté "d'un des protocoles sanitaires les plus stricts d'Europe." 

Qu'en est-il de certains de nos voisins européens ? LCI fait le point.

En Allemagne

Outre-Rhin, la rentrée scolaire se fait véritablement à la carte. Même si un socle commun a été adopté (aération régulière des salles, l’exclusion des élèves présentant des symptômes et la possibilité pour le personnel éducatif de se faire tester gratuitement), les modalités sanitaires diffèrent largement d'un Land à l'autre. 

Le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale a montré la voie, rouvrant ses écoles dès le 3 août. La région, qui compte le moins de cas de Covid 19 dans le pays, a mis en place un protocole allégé pour une rentrée "la plus normale possible" selon La Croix. Les élèves ne sont ainsi pas contraints au port du masque ni aux distanciations sociales. Certains aménagements ont tout de même été mis en place pour éviter les rassemblements trop importants comme le décalage des horaires d'arrivée des élèves et ceux des récréations. Au contraire, dans certains autres Länders, les règles sont bien plus strictes. La Rhénanie-du-Nord-Westphalie impose par exemple le port du masque, même en classe, à partir du CM2.

En Belgique

Les écoles belges vont rouvrir pour "tous les élèves" le 1er septembre selon la Première ministre belge Sophie Wilmès. "C'est fondamental que les enfants puissent reprendre une vie scolaire normale ou aussi normale que possible" s'est-elle justifiée. Longtemps à l'ordre du jour, le projet de semaine de quatre jours a finalement été abandonné. Les enfants se rendront donc à l'école du lundi au vendredi. 

Cette rentrée placée sous vigilance jaune implique le respect de toute une batterie de mesures sanitaires obligatoires. L’hygiène des mains, l’aération et la ventilation vont être renforcées. Les adultes doivent respecter la distanciation sociale ou le cas échéant porter un masque. Les regroupements de parents devant l’école doivent aussi être évités. Gel hydroalcoolique, gants et masques demeureront évidemment le socle d'équipements permettant de minimiser les risques de contamination. D'ailleurs, tous les enfants de plus de 12 ans devront porter un masque. 

En Suisse

A l'instar de certaines régions allemandes, la Suisse tente de mettre en place une rentrée normale, en classes entières. Si les mesures diffèrent sur le reste du territoire, les Cantons romands se sont mis d'accord sur des mesures sanitaires communes. Le port du masque est obligatoire pour les enseignants dans les espaces communs et en classe s'ils sont à moins d'1,50 mètre des élèves. Entre eux, les élèves n'ont pas besoin de respecter cette distance. Le lavage régulier des mains est obligatoire tout comme le nettoyage des tables (1 fois par jour) et des poignées et interrupteurs (au moins 2 fois par jour). 

En Italie

En Italie, les cours n'ont pas encore repris. Cela n'empêche pas la rentrée des classes d'être au centre des tensions. L'enjeu est considérable, les établissements n'ayant pas rouvert leurs portes depuis le début de l'épidémie. Le ministre de la Santé Roberto Speranza a donné le ton en affirmant que le pays fera les "sacrifices" nécessaires pour assurer une rentrée scolaire mi-septembre. "On ne peut pas échouer sur l'école, et chaque mesure, chaque sacrifice demandé, est fait en pensant à la réouverture des écoles, qui marquera la véritable fin du confinement" a-t-il ajouté. 

Les premières lignes du protocole sanitaire qui sera mis en place dans les écoles sont connues. Les élèves devront respecter une distanciation sociale d’un mètre. Ils bénéficieront d'ailleurs de pupitres individuels. En l’absence de distanciation, le masque sera obligatoire pour les enfants à partir de 6 ans. Chaque établissement devra consacrer une salle pour accueillir les cas suspects de contagion et les isoler le cas échéant.

Au Royaume-Uni

Si la rentrée se fait en ordre dispersé, la stratégie globale est légèrement différente au Royaume-Uni, pourtant particulièrement éprouvé par le coronavirus. La rentrée en Ecosse (mi-août) livre à ce titre son lot d'enseignements. Le masque n'est ainsi pas obligatoire. Les instructions officielles appellent tout de même à respecter la distanciation sociale et à éviter au maximum le brassage. Des couloirs à sens unique et des salles de classe temporaires ont ainsi été mis en place. A noter également le lavage régulier des mains et des locaux ainsi qu'une distance minimale de deux mètres entre élèves et professeurs. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Et les autres ?

D'autres pays européens ont d'ores et déjà annoncé diverses mesures sanitaires pour la rentrée scolaire. La Turquie a notamment décidé d'adopter un protocole progressif avec un début de mois de septembre en télétravail et un retour graduel dans les classes à partir du 21 septembre. Le Monténégro a lui tout bonnement décalé d'un mois la rentrée scolaire. Les enfants ne retourneront à l'école qu'à partir du 1er octobre. En Roumanie, enfin, la rentrée "aura lieu le 14 septembre, dans le respect des normes de sécurité sanitaire" selon le Premier ministre Ludovic Orban. Le port du masque sera obligatoire pour les élèves et les enseignants. Localement, les autorités pourront néanmoins trancher en faveur d'un enseignement à distance si la situation épidémiologique l'impose.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : Macron et Darmanin à Bobigny cet après-midi

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 : des élèves français et leurs enseignants placés en quarantaine en Grèce

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent